La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

15 décembre 2017 accueil Accueil >  VITeff  > Zoom sur 3 marchés du champagne
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

VITeff

Article publié le 5 septembre 2011

Zoom sur 3 marchés du champagne

Suède, Italie et Allemagne seront représentés par des acheteurs vendredi 21 octobre sur le VITeff. Afin de faire mieux connaissance avec ces marchés proches et accessibles pour les vignerons, nous vous en proposons un état des lieux synthétique, grâce aux informations collectées par les services d’UbiFrance.

La Suède : dans le top 5 pour la consommation par habitant

Dans le trio de tête de l´Union européenne, l´économie sué-doise se porte très bien. Avec un PIB prévu autour des 4,6 % pour 2011 (+ 5,6 % en 2010) et des consommateurs disposant d´un des plus hauts pouvoirs d´achat d´Europe, les conditions sont réunies pour que les ventes de champagne continuent leur belle percée sur ce marché.

Le champagne connaît un réel engouement en Suède depuis plus de dix ans, ainsi, le pays en est 9e client. Les ventes de champagne par le monopole ont en effet doublé en six ans, et ont atteint 1,14 million de litres en 2010. Cela ne représente que moins de la moitié de la consommation totale, derrière la restauration, créneau important. Selon les douanes françaises, les exportations vers la Suède s´élevaient à 1,18 million de litres, ce qui est plutôt impressionnant pour un pays de 9,2 millions d´habitants. La Suède serait parmi le « top 5 » pour la consommation de champagne par habitant.

Les perspectives pour 2011 sont encourageantes  : les ventes de champagne au 1er trimestre 2011 ont augmenté de 10 % par rapport à la même période en 2010. Les professionnels suédois pronostiquent une évolution stable de la consommation au cours des prochaines années, les champagnes bio et en biodynamie et de petites maisons représentant un créneau avec un bon potentiel.

Si la consommation atteint toujours un pic pendant les fêtes de fin d´année, le champagne est de plus en plus consommé tout au long de l´année et particulièrement en période de fin d´année scolaire et lors de la fête de St Jean. Au vu de la bonne conjoncture, il est chose courante de prendre une coupe entre amis le week-end, le vendredi au cours des « after-work » afin de rendre le tout plus festif.

L´effet « Richard Juhlin »*, ambassadeur du champagne, a influé les Suédois. Il dispose notamment de plusieurs bars à champagne, fréquentés par ses membres, aussi bien à Stockholm, qu’à Göteborg et à Malmö. À noter : son guide portant sur 6 500 champagnes est devenu une référence auprès des professionnels.

La Suède est une nation qui adore les bulles, et pas uniquement le champagne. En effet, les crémants de Bourgogne font ravage et le marché suédois serait leur première destination, (16 % de leur marché export), soit 700 000 bouteilles. Bien évidemment, le cava et le prosecco sont en progression. Ainsi, les ventes de cava ont véritablement explosé en 2010 (+ 39,2 %) notamment avec le cava de Freixenet et de Cordoniu qui se partagent les 1re et 2e places.

••• Mission économique, Ubifrance en Suède

* Site internet : www.champagneclub.com

L’Allemagne : du mieux pour les volumes

L’Allemagne aligne les records  : premier marché à l’import de vins au monde avec un volume de 14,5 millions d’hectolitres, mais aussi premier pays consommateur de vins effervescents avec 3,4 millions d’hectolitres, soit 3,88 litres par habitant. Pour les effervescents français, l’Allemagne constitue le troisième marché en volume et en valeur.

Tous vins français confondus, l’Allemagne est passée, entre 2009 et 2010, de la deuxième à la première place au niveau des volumes mais est restée troisième en valeur. Les ventes de champagne ont quant à elles évolué de 87 500 hl à 97 000 hl avec une progression en valeur de 156 à 172 millions d’euros. Les vins effervescents se consomment, de façon régulière, à n’importe quel moment de la semaine pour fêter un événement, partager des moments conviviaux avant ou après le repas. En terme de prix, le sekt allemand oscille entre 2,99 et 6,99 euros en grande distribution, le prosecco entre 3,49 et 6,99 euros, le cava, autour de 5 euros. Les vins effervescents français se consomment, quant à eux, pour des occasions exceptionnelles, pour fêter un événement particulier.

Quant aux tendances actuelles des effervescents sur le marché allemand, le rosé à bulles fascine… Les chiffres l’attestent  : les parts de marché sont passées de 2 % en 2004 à 10 % en 2009  ! De façon de plus en plus systématique, les Allemands ont recours aux offres promotionnelles en grande distribution. Alors que dans le circuit traditionnel, ce sont les champagnes de vignerons qui sont recherchés par les cavistes. Les crémants et leur bon rapport qualité-prix connaissent également un succès grandissant s’avérant être une réelle alternative aux «  Winzersekt  » (vins élaborés à la propriété selon la méthode traditionnelle).

••• Mission économique, Ubifrance en Allemagne

L’Italie : un debouché significatif

Marché de pays producteur, le marché italien n’en constitue pas moins pour nos vins un débouché significatif, complémentaire de l’offre locale : la France, premier fournisseur, largement dominante en valeur avec 62 % des parts de marché, y a ainsi expédié en 2010 pour 162 millions d’euros de vins, dont 8,7 millions de vins effervescents (champagne compris), 5 millions de bouteilles de vins tranquilles, dont 3,6 millions d’AOP (de Bordeaux, Bourgogne, Alsace, Loire, Rhône, etc.). Ainsi, le marché italien est, en volume et valeur, notre 12e débouché export (tous vins confondus) et notre 5e marché export pour le champagne en valeur et le 6e en volume. Concernant l’importation de vins mousseux en Italie, la France est bien sûr dominante, essentiellement grâce au champagne. Le champagne représente à lui seul 7,1 millions de bouteilles, soit une hausse de 11 % en 2010, et les autres mousseux 1,6 millions de bouteilles (+ 9 %). À titre de comparaison, les AOP tranquilles (< 15 % alc.) totalisent l’équivalent de 3,6 millions de bouteilles (+ 41 %). Les vins tranquilles non AOP (IGP et vins de table) vendus en bouteille totalisent 1,4 millions (- 26 %).

L’effet de la crise

Les ventes des vins français en Italie en 2008 et surtout en 2009 ont été clairement affectées par la crise économique. En 2009, nos exportations de vins y ont chuté en volume globalement de 19 %, dont 33,5 % pour le seul champagne. L’année 2010 a marqué un coup d’arrêt à cette tendance, avec une légère baisse en volume pour tous vins (- 2,4 %), mais une progression en valeur (+ 2,4 %). Pour le champagne, on note une progression en volume (+ 11 %) et en valeur (+ 2,1 %). Il existe un potentiel certain de reconquête (déjà amorcé fin 2010 et début 2011). L’Italie était notre 3e débouché pour le champagne avant le début de la crise économique (le 5e aujourd’hui). Notre part sur les importations italiennes de vins mousseux de tous pays est en outre écrasante, avec 97 % en valeur.
Pour la plupart des consommateurs, l’appellation Champagne est plus prestigieuse que tout autre mousseux italien. La valorisation sur ce marché est bonne, avec une proportion relativement importante de cuvées prestige (5 à 6 %), de millésimés (7 %). Le brut y domine (88 %) alors que le champagne rosé a progressé et atteint 6 % des volumes. Si 90 % des consommateurs choisissent des grandes marques leaders, le marché offre aussi, pour au moins 10 % des volumes, une place aux champagnes de vignerons (le marché compterait plus de 400 marques différentes), qui intéressent de plus en plus les connaisseurs.
La consommation de champagne est plus élevée au nord. Elle reste très saisonnière, comme pour les mousseux dans leur ensemble, mais avec une tendance légère à l’étalement vers les mois d’été. Outre les fêtes de fin d’année, le champagne se consomme parfois en entrée au restaurant (comme apéritif), à domicile (plutôt en dessert). Si le marché des cadeaux d’entreprises lui est favorable, il reste en revanche peu consommé lors des mariages. Le champagne représente environ 25 % des effervescents vendus en grande surface, contre 23 % pour les mousseux italiens méthode classique.

••• Mission économique, Ubifrance en Italie



Haut de page