La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

12 décembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Une réflexion est en cours au Syndicat des vignerons
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 9 janvier 2010

Parution du mois

Une réflexion est en cours au Syndicat des vignerons

Dans le cadre des mesures de vendange 2009, et en raison de la conjoncture, le CIVC a suspendu les sorties de réserve pour arrêt et réduction d’activité qui interviennent habituellement au début de l’année suivante et qui auraient aboutit, selon les estimations, à la mise en marché de 170 kg/ha supplémentaires. Des modifications du régime juridique de la réserve individuelle sont à l’étude.

En vigueur depuis 2007, la réserve individuelle est à la fois un outil de régulation collective des marchés et l’assurance récolte des vignerons champenois. Parfaitement adapté à ces deux finalités, ce dispositif unique, inventé par les Champenois, est envié par toutes les régions viticoles. Il n’a été cependant autorisé en Champagne qu’à titre expérimental, pour une période de cinq ans jusqu’en 2011, avec un objectif très clairement défini  : la réserve est une assurance qui doit être mise au service d’une meilleure maîtrise des rendements et du développement de pratiques culturales durables. Il importe de démontrer qu’elle n’a pas de conséquences négatives au niveau de la gestion globale du marché et qu’elle ne conduit pas les opérateurs à modifier leurs structures juridiques dans l’unique but de bénéficier d’un déblocage qui n’est motivé ni par un besoin du marché, ni par une insuffisance de récolte.

Ce risque, déjà identifié depuis l’entrée en vigueur de ce nouveau régime, est accentué par le changement de conjoncture économique. En effet, la baisse du rendement disponible associée à la belle récolte 2009 ont eu pour effet de conforter fortement la réserve des récoltants : en moyenne, sur l’ensemble de la Champagne, celle-ci est passée de 4860 kg/ha avant la vendange à 7160 kg/ha après la vendange. L’impact du déblocage pour cessation ou réduction d’activité est d’autant plus grand et la tentation de provoquer « artificiellement » la sortie de réserve en changeant de structure juridique, d’autant plus forte.

Avant même d’envisager la mesure conjoncturelle de gel du déblocage, décidée en septembre, un groupe de travail a été constitué au Syndicat des vignerons, réunissant des administrateurs, des représentants du groupe des jeunes et de la fédération des coopératives, pour réfléchir sur une évolution du dispositif permettant d’éviter les dérives et de permettre à ce régime de réserve individuelle de passer avec succès le stade de l’expérimentation pour devenir une mesure permanente.

Si l’objectif à atteindre est clair et partagé par tous, les moyens d’y parvenir ne sont pas faciles à concevoir. Le groupe de travail s’est réuni quatre fois. Il se remettra une nouvelle fois autour de la table en janvier. L’encadrement plus strict des déblocages individuels occasionnera inévitablement une gêne pour les vignerons, pris individuellement. Mais c’est ce qui permettra à la réserve individuelle de continuer d’exister et de remplir son rôle. Délicat dosage entre les intérêts individuels et l’intérêt collectif.


Haut de page