La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

22 juillet 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Une nouvelle réforme du secteur vitivinicole européen ?
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 25 octobre 2013

Une nouvelle réforme du secteur vitivinicole européen ?

« Foutez-leur la paix ! » C’est en ces termes que la présidente de l’Intergroupe vin au Parlement européen, Astrid Lulling, a conclu son propos sur une éventuelle nouvelle réforme du secteur. Le Parlement européen débattait ce jeudi 24 octobre de l’avenir du secteur à l’occasion de la séance des questions orales.

La présidente de l’Intergroupe vin au Parlement européen, Astrid Lulling, ainsi que le président de la Commission de l’agriculture, Paulo de Castro, ont décidé d’interpeller la Commission sur le bilan de la réforme de 2008 et plus particulièrement sur le rapport qu’elle a publié à la fin de l’année 2012. De nombreux députés européens étaient présents pour une séance de questions orales. Pour la France, se sont exprimés Michel Dantin, Eric Andrieu, Sylvie Goulard et Sophie Auconie.

Les députés sont tous intervenus pour demander à la Commission de ne plus engager de nouvelle réforme du secteur. Les parlementaires ont mis en avant que deux réformes venaient d’intervenir coup sur coup (réforme de 2008 et réforme de la PAC), et qu’il fallait laisser désormais du temps au secteur pour assimiler et mettre en oeuvre ces réformes. Ils ont tous dénoncé les propositions de la Commission dans son rapport de fin 2012 en faveur d’une nouvelle segmentation des vins (création d’une nouvelle catégorie « vins de cépage ») qui ne ferait qu’ajouter de la confusion dans l’esprit du consommateur. Ils ont rappelé leur très fort attachement à la politique de qualité et au système AOC/IGP qui constituent les principaux atouts de la filière européenne. Ils considèrent que le secteur des vins sans IG avec la valorisation de l’étiquetage (nom de cépage, millésime) et la libéralisation des pratiques œologiques dispose désormais des armes de la compétitivité pour affronter les vins des pays tiers.

Ils ont soutenu les programmes d’aides et les mesures dynamiques (restructuration, investissement et promotion) qui doivent permettre au secteur de conquérir de nouveaux marchés et améliorer la qualité mais aussi gagner en compétitivité. Ils ont enfin remercié le Commissaire pour son soutien sur la réintroduction d’un instrument de régulation des plantations dans la réforme de la PAC ainsi que l’élargissement des mesures éligibles (promotion marché intérieur, restructuration pour raisons sanitaires et innovation). En réponse à ces nombreuses interpellations, le Commissaire Ciolos a annoncé que la Commission « n’envisage pas d’engager une nouvelle réforme du secteur ». Il a soutenu que le rapport de la Commission publiée à la fin de l’année 2012 est « dépassé » puisqu’est intervenue entre temps la réforme de la PAC. La priorité consiste selon le Commissaire Ciolos à laisser désormais le temps au secteur d’assimiler les réformes et s’adapter. Il a pris position contre la création d’une nouvelle catégorie « vins de cépage » considérant que les règles actuelles sont suffisantes. Il a conclu son intervention en soutenant que la réforme horizontale de la promotion était une nouvelle occasion pour l’agriculture et la viticulture européenne de gagner en compétitivité et a donné rendez-vous au secteur pour les discussions qui vont s’ouvrir dans les prochains mois.



Haut de page