La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 août 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Trois questions à Maxime Toubart sur les élections aux chambres d’agriculture
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 28 novembre 2012

Trois questions à Maxime Toubart sur les élections aux chambres d’agriculture

Vice-président du SGV et élu de la chambre d’agriculture de la Marne, Maxime Toubart revient sur les enjeux du vote et du regroupement des listes communes FDSEA/JA/SGV, et évoque la relation entre les chambres d’agriculture et le syndicat.

Champagne Viticole : Pourquoi voter ?

Maxime Toubart : Les chambres d’agriculture sont des interlocuteurs privilégiés des instances publiques pour représenter les intérêts du monde agricole. Dans sa mission consultative, la chambre est désormais un relais incontournable pour faire avancer les idées, construire des projets et une dynamique agricole. Avec en prime une mission d’intervention, elle demeure un acteur important dans le vignoble, auprès des vignerons et vigneronnes  : installation des jeunes, ASA, GDV, Ecophyto 2018, qualité de l’eau, SAFER, CDOA, PPR, etc. Enfin, les chambres d’agriculture peuvent influer sur des politiques agricoles, notamment en intervenant directement auprès des ministres concernés, car elles sont écoutées et consultées par les administrations et les collectivités territoriales.

CV : Quel est l’enjeu du regroupement des listes communes FDSEA/JA/SGV ?

MT : La liste est commune entre la FDSEA, les JA et le SGV car nos valeurs sont proches et nos ambitions partagées. L’enjeu du regroupement des listes est de regrouper, au sein des chambres, la pluralité des agriculteurs d’un territoire. Les chambres de l’Aube, de l’Aisne et de la Marne sont les rendez-vous des agriculteurs de la Plaine et du Plateau ! Les candidats des listes sont l’émanation des syndicats, ce sont donc des courroies de transmission entre la profession et les services de l’administration. Le soutien et le vote massif sont plus qu’importants car ils donnent légitimité et reconnaissance auprès des pouvoirs publics.

CV : Que peuvent apporter les chambres d’agriculture au SGV ?

MT : Elles peuvent apporter des réponses très concrètes sur des thématiques propres au vignoble tels que sur l’environnement, la formation, l’emploi mais aussi sur des points à dimension nationale via son réseau national, l’APCA*. Ce sont des points d’appui politiques importants pour la défense de dossier comme les droits de plantation, le foncier… qui permettent de pousser des portes dans certains ministères ou instituts. Le SGV a tout intérêt à y être et y jouer un rôle prépondérant.

* Assemblée permanente des chambres d’agriculture.

Tous aux urnes !

Les élections pour élire les représentants aux chambres d’agriculture se tiendront en 2013. Il est possible de voter par correspondance entre le 20 et le 31 janvier. Les candidatures seront officiellement connues début janvier. Dans la Marne, ces élections sont aussi marquées par le regroupement des listes communes FDSEA, jeunes agriculteurs et SGV.

La chambre d’agriculture est une assemblée d’élus représentant toutes les composantes du monde agricole : chef d’exploitation, salarié de la production, salarié de groupement, propriétaire, ancien exploitant, forestier…
Elle a vocation à représenter et faire valoir les intérêts de la viticulture et de l’agriculture, à accompagner les viticulteurs et agriculteurs dans le développement d’activités économiques tout en les aidant à prendre en compte les obligations qui s’imposent à eux.

Dotée par le législateur du statut d’établissement public, la chambre d’agriculture tient sa légitimité et sa crédibilité dans l’élection de ses membres au suffrage universel tous les six ans, à travers dix collèges électoraux.

  •  Chefs d’exploitation et assimilés.
  • Propriétaires fonciers et usufruitiers.
  • Salariés de la production agricole.
  •  Salariés des groupements professionnels agricoles.
  • Anciens exploitants.
  •  Représentants des coopératives de production agricole (CUMA).
  •  Représentants des autres coopératives et SICA.
  • Représentants des caisses de crédit agricole.
  • Représentants des caisses d’assurances mutuelles agricoles et des caisses de mutualité sociale agricole.
  • Représentants des organisations syndicales à vocation générale d’exploitants agricoles.
    Un ou deux administrateurs du centre régional de la propriété forestière sont membres de droit de la chambre d’agriculture.

L’ensemble des membres de la chambre d’agriculture sera élu lors des prochaines élections, qui se tiendront en janvier 2013.
Ce sont les élus, et notamment le Bureau, qui vont définir la politique, les projets et les grandes actions que devra mener la chambre d’agriculture pendant la mandature.

La chambre d’agriculture est le porte-parole des intérêts viticoles et agricoles auprès des pouvoirs publics : parlementaires, représentants du gouvernement, des collectivités locales. Son avis est sollicité pour tout ce qui a trait à la viticulture et l’agriculture. À titre d’exemple, les élus de la chambre d’agriculture de la Marne siègent dans une centaine de commissions et groupes de travail, touchant à des domaines variés : aménagement foncier, développement rural, urbanisme, environnement, organisation économique, tourisme, enseignement, recherche… Dans l’Aube, elle est amenée à siéger dans une trentaine de commissions présidées par le préfet ou le président du Conseil général, et participe ponctuellement à plus de cinquante groupes de travail.

Accompagner les exploitants

Dans la Marne, plus de 1 000 entreprises viticoles et agricoles sont guidées chaque année pour :

  • Réduire les intrants utilisés et leurs coûts de production.
  • Préserver le potentiel des sols et diminuer la pression parasitaire (analyse de plantation, analyse de sol…).
  • Développer les moyens de lutte alternatifs aux produits phytopharmaceutiques (accompagnement en viticulture durable et biologique).
  •  Limiter leur consommation énergétique.
  • S’engager dans la certification environnementale.

Dans la Marne, la chambre d’agriculture mène chaque année une centaine d’expérimentations ciblées telles que la réduction de doses anti-mildiou en viticulture durable et biologique.

Conseils, formations, appui aux opérations collectives… sont entre autres les fondements de l’accompagnement technique de la chambre d’agriculture. Dans la Marne, ce sont :

  •  Près de 1 800 exploitants qui ont été formés à l’application des produits phytopharmaceutiques  ;
  • 34 opérations collectives qui ont été soutenues sur 5 500 ha en matière d’aménagement hydraulique du vignoble  ;
  • 50 % du vignoble qui est couvert par la mise en œuvre des techniques de confusion sexuelle pour lutter contre le vers de la grappe…

Dans l’Aube, au travers du Groupement de Développement Viticole, 140 viticulteurs (pour 1 000 ha) sont accompagnés pour améliorer la performance de leur exploitation et innover dans leurs pratiques viticoles raisonnées, alternatives ou biologiques. La chambre d’agriculture soutient les initiatives du GDV. Elle développe une compétence agro équipement viticole spécialisée sur la pulvérisation et l’entretien du sol.

Les viticulteurs peuvent être accompagnés :

  •  tout au long de la vie de leur exploitation (installation, diversification, fragilisation, transmission)  ;
  • en proposant l’outil internet de gestion du parcellaire viticole  ;
  •  dans l’acquisition de nouvelles compétences via des sessions de formation en apportant des réponses aux questions environnementales (déclaration de pressoir, aire de lavage/remplissage, plan d’épandage, prestation phyto…)  ;
  • en apportant une expertise foncière sur les baux.

Partenaires de l’action publique, la chambre d’agriculture agit pour concilier intérêt général et intérêts agricoles/viticoles avec des collectivités au périmètre varié.
L’expertise de ses collaborateurs est ainsi sollicitée dans de multiples domaines de compétences : urbanisme, emploi, protection de la ressource en eau, recyclage des déchets, biodiversité…

S’appuyant sur des élus issus de tous les horizons de la viticulture et de l’agriculture, la chambre d’agriculture réfléchit aux perspectives des marchés, aux attentes sociétales, aux fragilités des territoires, aux atouts des acteurs et construit des réponses adaptées pour demain.

• Florence Chevanne-Lenglet et Anne-Claire Quenot, chambre d’agriculture de la Marne - www.marne.chambagri.fr  ; Sandrine Renault, chambre d’agriculture de l’Aube - www.aube.chambagri.fr)

Les chiffres de 2007

  • Marne : 46 membres. 44 000 électeurs
  • Aube : 45 membres. 20 000 électeurs.


Haut de page