La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juin 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Jacques Dupont, chroniqueur vin au Point
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 12 juin 2012

Jacques Dupont, chroniqueur vin au Point

Retrouvailles entre le Bouzy et le rosé des Riceys

L’espace d’une journée, Jacques Dupont a pris ses quartiers sous le clocher de l’église de Bouzy pour déguster religieusement chaque vin, rencontrer un à un tous les producteurs présents, invités à passer à son confessionnal. Pas un seul ne s’est fait prier d’ailleurs. Ce salon aura été une occasion bénie pour le journaliste de voyager à travers les terroirs, les années et les anecdotes sans avoir à changer son ordinateur de place des heures durant. Dégustant méticuleusement et tapotant frénétiquement sur son clavier, il a fait le plein de sensations et d’informations. Visiblement, le célèbre chroniqueur du Point, expert ès vin, s’est régalé.

Champagne Viticole : Quel a été pour vous l’intérêt de ce nouveau salon ?

Jacques Dupont : Tout d’abord, je dois dire que je me suis fait plaisir ici. J’ai pu rencontrer pas mal de monde au même endroit sur une même journée, et surtout déguster des vins que j’apprécie beaucoup parce qu’ils nous ramènent à l’essence même du vin. On se plonge dans une histoire qui nous transporte jusque chez les rois de France. C’est quelque part la Champagne d’autrefois, celle d’avant la champagnisation.

CV : Ces vins de Bouzy et des Riceys sont dits uniques, vous le confirmez ?

JD : Ce sont des vins qui peuvent surprendre. Ils ont peu de tanins, peu de couleurs, mais ils sont exceptionnels par leur élégance, leurs arômes, leurs textures. Ils ont une typicité due au climat et au sol sur lesquels les pinots noirs mûrissent. Vous savez, j’ai une maison de campagne dans l’Yonne, du côté de Coulanges-la-Vineuse, Saint-Bris, Irancy, où la vigne pousse sur les mêmes calcaires. Ces vins de Bouzy et des Riceys, élevés au cœur de la Champagne, ont une petite expression bourguignonne. Comme j’aime. 

CV : Que retiendrez-vous de cette journée de dégustations ?

JD : D’abord, qu’il fallait organiser cette formidable rencontre de deux terroirs liés par la qualité de leurs pinots noirs et la passion commune des hommes à faire naître des vins d’exception. Ensuite, j’ai été franchement séduit par la capacité de vieillissement de ces vins. J’ai découvert de vieux millésimes vraiment magnifiques. Dommage qu’ils soient aussi confidentiels… 



Haut de page