La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

20 mai 2018 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Trois chambres d’agriculture pour porter la parole viticole
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 2 mars 2007

Parution du mois

Trois chambres d’agriculture pour porter la parole viticole

Plus d’élus, c’est plus de marge de manoeuvre, plus de présence, plus de sièges occupés ! Si les enjeux de la filière agricole sont nombreux, les grands domaines d’intervention des chambres d’agriculture sont identiques d’un département à l’autre. Ainsi, l’environnement, la formation et le tourisme constituent le socle commun à l’activité des élus viticoles dans l’Aisne, l’Aube et la Marne.

Dans l’Aisne, des tensions existent dans certains villages entre habitants des communes viticoles et viticulteurs. Les premiers, souvent des citadins venus chercher le calme à la campagne, n’acceptent pas toujours de supporter l’activité des seconds ! Alors, il faut expliquer, chercher des zones d’entente. C’est ce que nous avons tenté de faire en mettant en place une charte des bonnes pratiques du vigneron à Villiers-Saint-Denis, explique Dominique Fleury. Nous espérons que cette main tendue fera avancer les choses dans le bon sens ! Pour Jacky Charpentier, dans la Marne, les urbains connaissent de moins en moins nos métiers, ce qui génère trop souvent des critiques non fondées. Il est donc primordial de valoriser notre image et de communiquer sur ce que nous avons contribué à améliorer ! Sur ce point particulier, la chambre d’agriculture de la Marne est ainsi attachée à une participation active à la vie des territoires ruraux en collaboration avec les collectivités locales comme les Pays, les parcs naturels… Zones Natura 2000, bassins versants… dans l’Aube, l’environnement était une problématique déjà fortement ancrée dans nos travaux, mais cela va le devenir encore davantage car sur ce sujet, l’Aube est particulièrement en première ligne. Au sein de la commission environnement de la chambre, nous avons un élu agriculteur, Nicolas Juillet, qui siège également au conseil général de l’Aube. Par cette double présence, nous constatons que les dossiers sont aujourd’hui mieux défendus tout simplement parce que nous sommes mieux entendus ! C’est tout l’intérêt d’avoir une présence forte aux chambres d’agriculture : elles sont écoutées, elles sont un passage obligé pour les administrations ! Dans le domaine environnemental, les choses vont très vite, fait remarquer Jacky Charpentier. Nous n’avons donc pas intérêt à laisser passer le train mais bien à rester dedans ! Une des façons d’y rester, justement, passe par l’action des GDV, les groupements de développement viticole initiés il y a 20 ans, dont le fonctionnement et l’animation sont soutenus par les chambres d’agriculture. Autour de Bernard Dumont dans l’Aube, d’Éric Rodez dans la Marne, et de Pascal Serveaux dans l’Aisne, les équipes techniques prodiguent conseils, transmettent des informations utiles et organisent des journées découvertes.

Se battre pour nos centres de formation

La formation et l’emploi constituent également des préoccupations majeures pour la profession viticole. Chacun s’investit à sa mesure et les enjeux sont de taille à l’heure où l’on manque de bras dans les vignes ! Ainsi, Dominique Fleury déplore que la section viticole du lycée de Crézancy soit en passe d’être fermée par manque de recrues. Il est regrettable de voir que de nombreux jeunes Axonais sortant des collèges partent vers des établissements viticoles marnais (mauvaise orientation ou choix des parents ?). Quelque part c’est tout de même illogique de voir ces jeunes poursuivre leurs études en viticulture dans la Marne, alors que dans leur propre département existe d’ores et déjà une structure idoine ! Jacky Charpentier dresse le même constat : Il nous faut à la fois défendre nos lycées et autres établissements d’enseignement agricole et promouvoir les métiers du monde rural. Cette démarche est essentielle à l’heure où nos centres de formation ont du mal à recruter parce que les candidats ne se bousculent pas au portillon ! Nous devons tous nous battre pour nos centres de formation. Dans l’Aube, nous avons la chance, rappelle Béatrice Richard, qu’un vigneron, Denis Velut, soit responsable de ce dossier au sein de la chambre départementale. Force est de constater que les actions se sont multipliées ces derniers temps. Il nous faut donc pérenniser ce qui existe, explique-t-elle, mais aussi initier, favoriser ce qui peut être nouveau comme la présence conjointe des établissements de formation au salon de l’agriculture. Les actions menées le sont en concertation avec les organismes concernés, comme les ANPE, les missions locales, etc. Il faut donc maintenir la pressio n sur le sujet tout en cherchant à faire remonter nos actions au cran régional, au cran champenois. Là encore, nous serons plus forts ! Après l’environnement et l’emploi/ formation, le tourisme constitue le 3e pôle d’action des chambres d’agriculture de notre région. Dans l’Aube, le tourisme mobilise beaucoup d’énergie depuis déjà longtemps. Là aussi, la chambre d’agriculture travaille en étroite relation avec le conseil général. Des moyens humains, matériels et financiers sont engagés pour cette cause… Nous considérons, martèle Béatrice Richard, que l’oenotourisme est une vraie voie de développement économique pour le vignoble et l’idée fait son chemin. De plus en plus de vignerons intègrent nos actions, se mobilisent ! C’est bien la preuve qu’il nous faut poursuivre. De son côté, la chambre d’agriculture de la Marne a constitué un grand pôle Diversification Tourisme qui a en charge l’ensemble du développement du tourisme rural et regroupe toutes les associations : Clé Vacances, Gîtes de France, Bienvenue à la Ferme, Action Champagne Tourisme. Les chambres d’agriculture sont également présentes, de manière variée, sur les chantiers de la défense des terroirs face à l’urbanisme et aux projets d’infrastructure, de l’aménagement foncier, de l’hydraulique des coteaux viticoles… Les dossiers à suivre et les débats à ouvrir avec les collectivités et les services de l’État sont importants et multiples. Les nouveaux élus au sein des chambres auront sans aucun doute beaucoup de grain à moudre pendant les 6 années à venir.

Nathalie Costa

Haut de page