La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 décembre 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Témoignage de Thibault Soyer, vigneron à Chouilly sur les salons France des Champagnes de Vignerons
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 5 juin 2012

Témoignage de Thibault Soyer, vigneron à Chouilly sur les salons France des Champagnes de Vignerons

« Le salon était une véritable opportunité »

Champagne Viticole : Qu’avez-vous pensé du salon professionnel de Nice ?

Thibault Soyer : C’était le premier salon professionnel auquel je participais : j’étais donc beaucoup dans l’expectative. Le salon a dépassé toutes mes espérances : les professionnels étaient au rendez-vous, très intéressés par les champagnes de vignerons. J’ai vraiment senti qu’ils étaient à la recherche de partenaires et que ce salon était une véritable opportunité pour eux, et pour nous ! D’un point de vue collectif, nous avons réussi, je pense, à donner une image de qualité, de diversité et de cohésion des champagnes de vignerons. Nous étions 12 producteurs champenois de terroirs différents, unis sous une bannière commune. C’est très important pour continuer à développer cette visibilité. Nous le constatons régulièrement : les gens posent de plus en plus de questions, s’intéressent à cette marque collective : la promouvoir à l’extérieur de nos exploitations ne peut être que positif !

CV : Comment s’est déroulé l’accompagnement commercial que vous a proposé le SGV ?

T S : J’ai d’abord suivi un audit avec un expert du marché professionnel français. Avec 80% de mes ventes réalisées auprès des particuliers, autant vous dire que j’avais beaucoup à apprendre. A travers une mise en situation, le consultant a souligné mes atouts et faiblesses pour aborder les cavistes. Il a tout passé en revue : mon discours, mon attitude, mon champagne, mes prix, mes supports de vente… Cela m’a aidé à prendre confiance en moi par rapport aux professionnels, à réajuster ma politique commerciale pour le salon. La formation collective était plus générale, axée sur les demandes des cavistes, sur la façon de travailler avec eux. Intéressante aussi pour faire connaissance avec les autres participants, échanger avec eux. Enfin, le rendez-vous qui a suivi le salon visait surtout à débriefer avec le consultant. Il m’a donné de nombreux conseils pour les relances, pour pérenniser les contacts. Bref , nous avons vraiment été pris en main du début à la fin.

CV : Justement, concernant les contacts obtenus lors du salon, se sont-ils concrétisés ?

T S : Le salon m’a permis de travailler avec deux professionnels niçois : un restaurateur et un propriétaire d’un hôtel-restaurant. Si ce dernier m’a passé une commande une fois, le premier me passe commande tous les mois. Il va même venir en Champagne avec d’autres professionnels pour visiter mon exploitation et déguster toute ma gamme ! Les retours dépassent donc mes espérances. Mais, les formations audits m’ont bien fait comprendre que rien n’était jamais acquis : je compte donc développer le partenariat avec le restaurateur en question, continuer à communiquer avec les professionnels, rencontrés à Nice, tout au long de l’année, et poursuivre mes efforts sur ma politique commerciale.



Haut de page