La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

20 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Situation économique depuis Janvier
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 30 juillet 2010

Parution du mois

Situation économique depuis Janvier

A quelques semaines du bureau exécutif du CIVC qui doit négocier les mesures de la vendange 2010, chacun s’interroge : la reprise est-elle réellement amorcée ? Le retour de croissance des expéditions constaté depuis plusieurs mois va-t-il perdurer ? La chute des prix qui s’enclenche à chaque crise n’est-elle pas dangereuse pour l’image, la qualité et le positionnement du champagne ?

La question fondamentale qui est posée est celle des perspectives commerciales des mois à venir, parce qu’en Champagne, on veille depuis plus de 50 ans à ajuster les disponibilités en tenant compte de la demande des marchés. Mais, en juin 2010, les avis sur l’évolution de la situation économique au niveau mondial restent mitigés et, malgré les signes de reprise, l’incertitude reste forte, rendant difficile et aléatoire l’établissement de prévisions à moyen terme.

La croissance en volume amorcée en octobre-novembre 2009 s’est confirmée sur les quatre premiers mois de l’année 2010  : +  11,3  % en janvier, +  27  % en février, +  19,7  % en mars et + 16,2  % en avril.

Que peut-on dire de l’économie champenoise à ce jour  ?

Des chiffres forts qui donnent une augmentation totale de + 18,6 % sur les quatre premiers mois de l’année, par rapport à la même période en 2009. Cette reprise commerciale importante doit toutefois être considérée avec une certaine prudence, pour plusieurs raisons  : –  Parce que la comparaison est faite avec une période de forte récession en volumes. Il faut donc relativiser la hausse  : globalement, le niveau actuel des expéditions sur 12 mois est au même niveau qu’en 2005 (304  millions de bouteilles). –  Parce qu’il est possible que cette forte reprise soit la conséquence d’un réajustement des stocks chez les distributeurs  : si c’est le cas, elle ne reflète pas forcément une reprise de la consommation. Si cette dernière ne repartait pas, la Champagne pourrait être confrontée à nouveau, d’ici quelques mois, à un recul de ses sorties. –  Parce que si la courbe des volumes a rebondi, en revanche, celle des prix de vente reste orientée à la baisse  : et donc, la reprise des expéditions n’apportera pas forcément d’oxygène au chiffre d’affaires. Par ailleurs, la déflation suscite des questions par rapport à l’image et au positionnement du champagne. –  Parce que le ratio global de rotation de stock reste élevé (3,9 années de ventes), et que les volumes en trop pèsent toujours sur un marché, les entreprises étant tentées de les libérer pour des raisons financières. –  Enfin, si le retour de croissance est fort pour le négoce et les coopératives, en revanche, les ventes des vignerons restent globalement orientées à la baisse (– 6,7 % sur les quatre premiers mois par rapport à 2009  : ce n’est pas un recul énorme mais, chez les vignerons, le rebond commercial n’est pas amorcé). –  Et enfin parce que bien que la reprise économique soit annoncée à l’échelle internationale, elle est loin d’être confirmée partout de la même manière. Or, les perspectives économiques du champagne dépendent très largement de ce qui va se passer dans le monde, notamment sur ses principaux marchés.

A cet égard, la courbe des expéditions sur plusieurs décennies est très parlante  : quand l’économie du monde va bien, le champagne est en forme. Et quand la planète est en crise, le microbe se propage et les Champenois éternuent. La courbe montre aussi que l’économie est cyclique  : les périodes de croissance et de récession commerciale alternent, les hauts et les bas se succèdent à intervalles étonnamment réguliers. On peut donc penser qu’une fois encore la machine va repartir… Mais à quelle vitesse  ? 2009 fut une année de crise à l’échelle internationale. En 2010, on nous annonce que la sortie de crise est engagée, mais que tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Tout va bien pour la Chine, l’Inde, le Brésil… Et, quoique fragilisée, l’économie américaine redémarre. Mais l’Europe reste à la traîne et prend du retard  : il faut absorber les plans de relance, le chômage… Or, même si la parité euro-dollar est un vrai tonique pour l’exportation, il ne faut pas perdre de vue que 86 % des marchés du champagne sont en zone Euro, justement là où les Etats commencent à mettre en place des plans d’austérité.

Pour conclure sur l’économie du champagne, en juin 2010, il n’y a pas lieu d’être abusivement pessimiste, mais il n’y a pas de raison non plus de s’enflammer. Dans un contexte économique, boursier et financier encore très incertain, alors que les Etats européens sont inquiets et n’ont pas stabilisé leur économie, il est difficile de tracer une perspective d’évolution des expéditions dans les mois à venir. En juillet, les négociateurs interprofessionnels seront donc un peu comme les capitaines d’un navire qu’il faut conduire dans le brouillard. Entre la nécessaire prudence dans un contexte instable et l’indispensable ambition pour ne pas pénaliser les perspectives de reprise commerciale, entre les intérêts à court terme divergents des différents opérateurs, entre l’enjeu de ne pas surcharger le stock pour préserver l’image du champagne contre la spirale calamiteuse de la déflation et celui de ne pas couper les jambes aux metteurs en marché dynamiques, des compromis devront être trouvés.

Catherine Chamourin

En images


  • Evolution des expéditions en Champagne


  • Evolution des expéditions sur 12 mois glissants


  • Evolution du ratio de stocks


Haut de page