La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

27 avril 2017 accueil Accueil >  Portrait  > René Goutorbe : « Des initiatives nouvelles pour renforcer notre synergie  »
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 23 mai 2014

René Goutorbe : « Des initiatives nouvelles pour renforcer notre synergie  »

Fin 2013, René Goutorbe a pris la succession de Chantale Bara à la présidence du Club Trésors de Champagne qui compte désormais 28 membres. Créé en 1971, le Club s’est renouvelé et s’ouvre de plus en plus à de jeunes récoltants-manipulants. Ils participent à enrichir l’échange et la diversité du groupe qui construit son succès autour de sa bouteille « Spécial Club ».

Champagne Viticole  : Les engagements qui ont présidé à la création du Club Trésors en 1971 et au lancement d’une bouteille de forme spéciale exclusive ont-ils changé ?

René Goutorbe : Nous sommes toujours attachés aux mêmes valeurs et aux mêmes règles strictes. Le Club est avant tout une association unique en Champagne qui réunit exclusivement des producteurs champenois tous vignerons et élaborateurs. Pour faire partie de ce Club et commercialiser des cuvées « Spécial Club », chaque vigneron doit élaborer entièrement ses cuvées dans ses propres celliers. Ce qui signifie que chaque étape d’élaboration – pressurage, vinification, tirage, remuage, dégorgement – est faite uniquement au domaine. Le clubman se doit d’être un récoltant-manipulant et doit vinifier, de façon exclusive, la récolte de son domaine.

CV  : Quels sont les critères d’élaboration d’une cuvée « Spécial Club »  ?

RG : Lorsque les vins clairs sont prometteurs et peuvent être millésimés, le Club décide de pouvoir élaborer des cuvées « Spécial Club ». Chaque cuvée est soumise à un jury composé de professionnels, œnologues et élaborateurs. Deux dégustations d’agrément sont organisées par Philippe Benoît, œnologue de l’association. La première consiste à un examen de l’assemblage en vins clairs afin d’autoriser la mise en bouteille. La seconde à valider la commercialisation de la cuvée à l’issue de la période de vieillissement en bouteille de trois ans minimum. Seules les cuvées qui ont franchi avec succès ces deux épreuves, uniques en Champagne, sont jugées dignes d’être proposées comme cuvées « Spécial Club » qui représente la quintessence de chaque domaine. C’est un véritable gage de qualité pour le consommateur.

CV  : Le Club a évolué, s’est élargi et a accueilli de nouveaux membres. Quelles sont les valeurs fortes, au-delà des exigences qualitatives des cuvées, que vous partagez en commun ?

RG : Nous souhaitons avant tout que le Club soit un lieu de partage, d’échange, d’ouverture aux autres. Depuis 2012, nous avons accueilli de nouveaux membres comme le champagne Duménil à Chigny-les-Roses, le champagne Jean-Marie Goulard à Prouilly et le champagne Sébastien Mouzon-Leroux à Verzy. Ils sont entrés après une démarche mûrement réfléchie puisqu’entre la demande d’adhésion, l’entrée au Club avec ses exigences, et la présentation d’une cuvée millésimée, il faut quelques années. Tous apportent un regard nouveau et une sensibilité particulière. Les jeunes sont passionnés par la dimension environnementale. Nous accueillons toujours des vignerons conscients des enjeux de notre profession et très consciencieux, qui gardent les pieds sur terre tout en sachant manier les outils numériques.

CV  : En matière de communication et d’organisation d’événements, quelles sont les principales initiatives du Club ?

RG : Lors de la dégustation des millésimes 2008, en novembre 2013, nous avons accueilli un parrain, Jacques Legros, journaliste à TF1, fondateur du site Internet «  Terreetvigne.com » dédié à l’univers de la vigne et du vin, et présentateur de l’émission «  Terres de France », consacrée à la découverte des régions françaises et à l’art de vivre. Cette soirée a permis de présenter le nouveau guide des adhérents du Club. Et le 16 avril dernier, nous avons participé pour la première fois aux «  Grands jours de Champagne » en qualité de premier groupe historique de vignerons champenois. 200 professionnels du vin ont été invités à Reims, dans la demeure prestigieuse des Comtes de Champagne. Notre objectif était de donner une visibilité supplémentaire à notre club, de montrer notre dynamisme et de nous inscrire dans une synergie collective. Tous les membres étaient présents et ont fait découvrir leur domaine et leurs singularités.

CV  : D’autres initiatives sont-elles organisées sur les marchés à l’exportation  ?

RG : Fin mars, dix membres se sont rendus au salon de Proweim, à Dusselforf, pour présenter leurs vins mais aussi parler du Club Trésors et de ses exigences. Ils en ont profité pour diffuser le guide qui présente les 28 vignerons adhérents. C’est important car ces actions témoignent de la solidarité qui anime le Club et permet de mettre en avant l’ensemble de ses membres. Nous avons, par ailleurs, des contacts avec la Pologne où 300 000 bouteilles de champagne ont été commercialisées l’an dernier. Les Polonais nous ont fait part de leur intérêt pour participer à la promotion du champagne. C’est un marché nouveau et intéressant. Il pourrait nous permettre de mener des actions dans le temps, indispensable pour nouer des relations de confiance durable.

CV : Quel est votre vœu en tant que nouveau président ?

RG : En quelques mots, je dirai qu’il est primordial de maintenir l’esprit originel du club fondé sur l’exigence de la qualité du champagne et de la qualité de l’accueil.



Haut de page