La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 octobre 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Vincent Martin, président du GDV de l’Aube : "Notre réseau d’observation va s’étendre"
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 10 juillet 2013

Vincent Martin, président du GDV de l’Aube : "Notre réseau d’observation va s’étendre"

2012 a été une année de transition pour le GDV de l’Aube. Vincent Martin, qui présidait pour la première fois son assemblée générale, début avril à Bergères, revient sur cette année marquée par une équipe de conseillers renouvelée aux trois quarts.

Champagne Viticole : Quel regard portez-vous sur votre première année de présidence du GDV de l’Aube ?

Vincent Martin  : 2012 a été une année de transition, non seulement parce que c’était ma première année de présidence, mais aussi et surtout parce que nous avons connu d’importants changements dans notre équipe de conseillers. Depuis octobre  2011, nous avons procédé à trois recrutements, Bertrand Nominé, Sandie Schaller et Mélanie Boucherat, qui ont rejoint Sébastien Carré. Nous avons dû intégrer toute cette jeunesse et caler une nouvelle organisation. Et lorsque je fais le lien avec les conditions vraiment compliquées auxquelles nous avons été confrontés dans nos vignes, je crois que 2012 a offert un terrain très formateur pour nos nouveaux collaborateurs.
Concernant ma première année de présidence, tout d’abord je remercie pour son aide Bernard Dumont, mon prédécesseur, aujourd’hui vice-président. Mon objectif est de garder le cap que nous avons suivi avec lui pendant 16 ans : c’est-à-dire être un point de rencontre, de partage d’expériences et de progrès techniques. Cela, pour tous les viticulteurs de notre vignoble aubois, quelle que soit leur approche : raisonnée, biodynamique, biologique, de développement durable, etc. Dans ce sens, en 2012, nous avons continué d’accompagner nos adhérents, engagés dans la viticulture biodynamique ou biologique, avec l’appui de notre conseiller, Sébastien Carré. Dans le même temps, pour ceux qui souhaitaient valoriser leur démarche de développement durable, l’association Terra Vitis Champenois a été lancée avec, pour président, Bernard Dumont et pour conseiller technique, Bertrand Nominé. Je suis d’ailleurs très satisfait de constater qu’au bout d’un an d’activité, 18 exploitations ont été certifiées et une dizaine de candidatures sont déjà présentées pour 2013.

CV  : Quels ont été les temps forts de la campagne passée  ?

VM  : Si je fais un bref tour d’horizon, je citerai en particulier : notre voyage en Inde, dépaysant et déstabilisant avec ses deux vendanges par an, une forte implication des conseillers lors des différents événements climatiques, une journée agroéquipement de dimension régionale suivie par plus de 120 personnes, qui a débouché sur la professionnalisation en machinisme viticole d’un conseiller, Bertrand Nominé, les réunions pré-vendange dans un contexte de situations très hétérogènes, une sortie en octobre dans le vignoble de Sancerre afin d’observer les techniques de taille visant la préservation des ceps du gel, qui a été à l’origine d’une formation sur ce thème. Je rappelle aussi que les 148 adhérents du GDV, représentant environ 1 000  ha, ont été invités à environ 460 tours de parcelles et cinq réunions techniques. Ils ont pu s’appuyer sur un réseau de 23 parcelles d’observation suivies pendant une vingtaine de semaines et donnant lieu à 26 messages techniques.

CV  : Qu’avez-vous prévu cette année  ?

VM  : Puisque j’évoquais notre réseau de parcelles d’observation, 2013 est marquée par une grande nouveauté. Nous avons décidé d’étendre ce réseau de 23 à 30 parcelles munies chacune d’un pluviomètre avec 19 points de rencontre. Notre objectif est d’affiner les observations et les préconisations par vallée et par secteur afin d’être encore plus précis dans l’adaptation des pratiques de nos adhérents à leur contexte local. Autre projet, nous préparons une seconde journée agroéquipement qui aura pour thème la pulvérisation, l’effeuillage précoce, sous forme d’essai avec suivi maladie, et le matériel électrique. Parmi les nouveautés, cette année, les bulletins techniques se déclineront non plus en une, mais en deux versions : viticulture biologique et viticulture raisonnée. Quant aux sorties, une est prévue cet été en Champagne ainsi qu’un voyage en Angleterre ou en Écosse de quatre à sept jours. Par ailleurs, suite à la complexité de la gestion de la protection des vignes en 2012, notre GDV et la chambre d’agriculture ont décidé de renforcer leur accompagnement des applicateurs. Bertrand Nominé se spécialise dans l’appui technique pour les réglages du pulvérisateur auprès des adhérents, et Sandie Schaller, rejoint l’équipe «  information et mise en conformité  » de la chambre d’agriculture pour développer Mes p@rcelles et accompagner les prestataires phytosanitaires sur le volet réglementaire. Une autre évolution va marquer notre activité. Dans un souci de cohérence, de rationalisation des moyens et de fiabilité des résultats, un technicien régional spécialisé sur l’expérimentation a été embauché et un pulvérisateur spécifique à l’expérimentation a été acheté. Cette nouvelle organisation déchargera, dès cette année, le GDV de cette activité. Je suis convaincu que ce processus de développement de moyens en commun et de professionnalisation en région ou en partenariat est inéluctable. La dynamique du GDV s’appuiera sur ces travaux qu’elle enrichira par ses propositions, tout en visant toujours la mise en œuvre de compétences et de services pour accompagner ses adhérents dans leur démarche de progrès.



Haut de page