La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

27 juin 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Réforme territoriale : manifestation pour une Champagne unie
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 2 septembre 2014

Réforme territoriale : manifestation pour une Champagne unie

Samedi 6 septembre, le vignoble champenois se joindra à la manifestation organisée à Château-Thierry par le collectif "Non à la Picardie/Nord-Pas-de-Calais." Ce rassemblement veut mobiliser et sensibiliser le public afin de s’opposer à la fusion entre la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais et soutenir le premier projet, qui mariait Champagne-Ardenne et Picardie. Une solution qui permettrait de regrouper toute l’appellation Champagne dans une seule et même région administrative.

« On espère du monde, un nombre significatif, souligne Christophe Lemoine, vice-président Aisne du SGV. L’information a été relayée par les médias locaux. » Le début de la manifestation est prévu à 10 heures. Rendez-vous est donné aux participants à partir de 9 h 30 devant le Palais des sports de Château-Thierry. Dans le sud du département de l’Aisne, élus et nombre d’habitants militent pour un rapprochement de leur territoire avec la Champagne-Ardenne. Une pétition circule depuis le début du mois d’août, elle a déjà recueilli 8 000 signatures.

La première carte concoctée par l’Elysée unifiait la Champagne

Alors que la première carte présentée par l’Elysée, en juin, prévoyait la fusion des régions Champagne-Ardenne et Picardie, ce qui aurait eu le mérite de réunir tous les territoires de l’appellation Champagne dans un même ensemble, le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a présenté une autre carte, adoptée le 23 juillet par les députés dans le cadre du premier volet de la réforme territoriale.

Cette nouvelle « vision » marie la Picardie au Nord-Pas-de-Calais et la Champagne-Ardenne à la Lorraine et à l’Alsace. Et laisse donc l’appellation Champagne séparée. Le vignoble champenois entend s’opposer à ces fusions qui n’ont pas de sens pour l’appellation Champagne et le vignoble.

Les élus politiques du secteur sont mobilisés. Jacques Krabal, le député (PRG) concerné, sur la cinquième circonscription de l’Aisne, « qui travaille beaucoup sur ce dossier », explique Christophe Lemoine, a rencontré Jean-Paul Bachy, le président de la Région Champagne-Ardenne, vendredi 29 août, avant l’ouverture de la Foire de Châlons. Et pendant l’inauguration officielle de la Foire, toujours très politique, les messages ont été relayés par Benoist Apparu, le député-maire de Châlons, ou encore René-Paul Savary, président du Conseil général de la Marne et sénateur. André Vallini, secrétaire d’Etat en charge justement de la réforme territoriale, invité d’honneur du premier jour de la Foire, a forcément entendu. Dans son discours, André Vallini a d’ailleurs admis qu’il y avait de la logique à rapprocher Lorraine, Champagne-Ardenne, et Aisne.

Vignoble et territoire communs

La réforme territoriale, voulue pour simplifier le mille-feuille administratif français et pour réaliser des économies, gagnerait en adhésion à la fois du public, mais aussi des politiques locaux, des décideurs économiques, etc. si elle permettait, d’abord, de rassembler l’évidence ! « On doit se défendre au niveau champenois, il y a des risques importants, poursuit Christophe Lemoine. Il y a le côté appellation, mais il y a aussi le côté humain et vie personnelle. Nous, dans le sud de l’Aisne, nos enfants vont à l’école à Reims, la Champagne, c’est aussi un territoire vécu. »

Tony Verbicaro



Haut de page