La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juillet 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Près de 2 000 manifestants à Château-Thierry pour une Champagne unie
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 8 septembre 2014

Près de 2 000 manifestants à Château-Thierry pour une Champagne unie

Samedi 6 septembre, la première manifestation d’envergure organisée par le collectif Non à la fusion Picardie/Nord-Pas-de-Calais a réuni près de 2 000 personnes dans les rues du centre-ville de Château-Thierry (02).

Mené par les élus locaux, avec en première ligne le député-maire castelthéodoricien, Jacques Krabal, le rassemblement s’est terminé devant la sous-préfecture, où une délégation a pu rencontrer le tout nouveau sous-préfet, Eric Cayol. La plupart des maires des communes du sud de du département étaient présents. Et, preuve que la volonté de voir ce territoire rejoindre la Champagne-Ardenne est partagée, des politiques de gauche (Jacques Krabal, Yves Daudigny, sénateur et président PS du Conseil général de l’Aisne) comme de droite (Antoine Lefèvre, sénateur et maire UMP de Laon) se sont affichés ensemble.

De nombreux viticulteurs du sud de l’Aisne figuraient dans le cortège. Pascal Férat, le président du SGV, et plusieurs élus du bureau du Syndicat étaient venus manifester leur soutien. Interrogé par les médias, Jacques Krabal a largement mis en avant le champagne, moteur d’une union évidente : « Nous sommes Champenois, avec cette réforme, le Gouvernement fait une erreur grave, culturelle, historique et économique. Le champagne, c’est 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaire, et tout le développement économique de la région se fait sur l’axe est-ouest, le long de la Marne, il n’y qu’à regarder la carte historique de la Champagne. Cette fusion avec le Nord-Pas-de-Calais va à l’encontre du développement économique. Toutes les familles du sud de l’Aisne sont réunies, politiques, économiques, agricoles, viticoles… Cette histoire, c’est l’affaire de la vie quotidienne de tous. »

Tony Verbicaro



Haut de page