La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

22 octobre 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Pour Nicolas Sarkozy, supprimer les droits de plantation c’est aller à "la catastrophe" !
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 19 janvier 2011

Pour Nicolas Sarkozy, supprimer les droits de plantation c’est aller à "la catastrophe" !

Hier, en Alsace, lors des voeux au monde rural, Nicolas Sarkozy s’est exprimé contre la suppression des droits de plantation en ces termes : "c’est une idée qui conduira à la catastrophe". Vous pouvez visualiser cette allocution en cliquant ici. Cela constitue une étape importante dans le dossier des droits de plantation puisque cette prise de position constitue la première position officielle de l’Etat français. Reste maintenant à la faire partager au plan euroépen, mais c’est tout de même un signe encourageant pour toute la profession viticole.

Voici retranscris par la CNAOC les propos tenus par le Président de la République mardi 18 janvier lors des voeux au monde rural :

« Je suis opposé à la suppression des droits de plantation. Supprimer ou libéraliser les droits de plantation, c’est choisir le produit standardisé, le produit sans terroir, au plus bas coût possible, le produit qui va inonder le marché, venant de nulle-part pour aller partout. Ce n’est pas la récompense d’un savoir-faire, ce n’est pas la récompense d’un travail, et ce n’est pas l’organisation des filières que nous souhaitons donner à notre agriculture. C’est condamner à terme une culture du savoir-faire et de la qualité. J’ajoute qu’il me semble particulièrement étrange de vouloir supprimer les droits de plantation au moment où la consommation mondiale diminue, au moment où le nombre de producteurs dans le monde augmente et on va vraiment arranger les choses en augmentant la capacité de production chez nous. Franchement, je ne sais pas qui a pensé à cette idée mais il faut qu’il change d’avis. Parce que ce n’est pas une idée pertinente. C’est une idée qui conduira à la catastrophe. »


Lien : Pour visualiser la vidéo en ligne


Haut de page