La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 août 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Pierre Cheval, président de l’association Paysages du Champagne
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 15 mars 2012

Pierre Cheval, président de l’association Paysages du Champagne

Après un début d’année riche en annonces autour de l’actualité liée aux différentes candidatures en cours pour l’inscription au patrimoine mondial, La Champagne Viticole fait le point sur la candidature champenoise. Pierre Cheval, président de l’association Paysages du Champagne qui porte le projet, répond à nos questions.

Champagne Viticole : Le gouvernement a choisi, le 21 janvier, de présenter à l’Unesco les deux candidatures annuelles auxquelles elle a droit. Il s’agit de « la grotte Chauvet » et des « Climats de Bourgogne ». Comment se situe aujourd’hui la candidature de la Champagne ?

Pierre Cheval : Vous savez, les différentes équipes qui préparent les dossiers de candidature se connaissent bien, se rencontrent, échangent leurs expériences. Nous nous réjouissons chaque fois qu’un dossier est présélectionné. En particulier, le fait que le Gouvernement soit attentif aux valeurs universelles et exceptionnelles de nos terroirs viticoles traditionnels est de très bon augure pour la candidature champenoise.

CV : Mais la Champagne n’a pas été sélectionnée cette année.

PC : C’est exact. Mais il ne faut en être ni surpris, ni encore moins déçus. En effet, nous n’étions pas candidats cette année, puisque notre dossier n’est pas tout à fait terminé. Or, à l’Unesco, il ne faut postuler qu’avec des dossiers parfaitement « bou-clés », qui démontrent d’une façon incontestable la valeur exceptionnelle du bien dont le classement est proposé. Nous avons été accompagnés pendant toutes ces années par les conseils du Comité des biens français, qui oriente l’administration dans ses choix, et le calendrier que nous avions arrêté en commun ne prévoyait pas une candidature en janvier 2012. Je l’avais d’ailleurs clairement annoncé par avance.

CV  : Avez-vous aujourd’hui une idée précise de la date à laquelle la France proposera notre dossier ?

PC  : C’est la question que tout le monde me pose ! L’association a beaucoup travaillé ces derniers mois, et notre dossier est aujourd’hui quasiment complet. Chacune des étapes a été validée par les experts : la déclaration de valeur universelle et exceptionnelle, l’étude comparative avec les autres régions présentant une organisation spatiale et sociale similaire, les monographies pour chaque site, le plan de gestion proposé pour mettre en valeur le classement, et nous sommes en train de dessiner la structure juridique qui, après le classement, sera chargée de le faire vivre. Donc, nous serons prêts, en 2012, à relire les milliers de pages du dossier et à l’imprimer dans le courant de cet été. Il est donc maintenant clair pour nous que nous demanderons aux pouvoirs publics de choisir le dossier Champagne dès janvier 2013, pour introduction auprès de l’Unesco à ce moment.

CV : Cela veut dire un classement par l’Unesco à quelle date ?

PC : Le Centre du patrimoine mondial ne se prononce jamais avant une période d’instruction d’au moins dix-huit mois. Cela veut dire, sans certitude évidemment, que le classement de la Champagne au patrimoine mondial pourrait intervenir dans le courant de l’été 2014, lors de la réunion internationale annuelle du patrimoine mondial. Cela viendra très vite ! Je vous fais remarquer au passage que cette date coïncidera avec le centenaire du déclenchement de la Grande Guerre. Chacun comprendra que notre terre de Champagne, qui a recueilli le sang des millions de combattants venus du monde entier et a su, en même temps, engendrer ce vin symbole de la réconciliation, méritera alors plus que jamais l’attention et la reconnaissance de la communauté internationale.

CV : D’ici là, que faire pour donner toutes ses chances à la candidature Champagne  ?

PC : C’est simple : nous devons tous nous mobiliser pour que nos dirigeants français, puis l’Unesco, comprennent la détermination de l’ensemble de notre territoire à réussir. Cela concerne tous les acteurs champenois  : les élus, les professionnels toutes familles confondues, de la vigne et du vin, mais aussi les entreprises régionales, le monde du tourisme, de la culture, de l’éducation, les associations et les particuliers. Plus nous montrerons que nous sommes mobilisés, et plus nous aurons de chances de réussir. L’association proposera tout au long de l’année 2012 un ensemble d’actions dans lesquelles chacun pourra s’engager. On compte sur vous.

CV : Êtes-vous optimiste  ?

PC : Je n’ai jamais douté du succès, car la Champagne ne peut que gagner. Voyez-vous, le champagne a une telle image à travers le monde que ce dossier dépasse le simple cadre régional. Notre candidature n’est pas simplement celle des Champenois fiers de leur histoire et de leur patrimoine, elle est celle de la France. C’est pour cela aussi que nous allons gagner !

••• Propos recueillis par Amandine Crépin

2012, à fond dans la communication

Avoir un dossier techniquement irréprochable ne dispense pas de recueillir et d’exploiter tous les soutiens disponibles, de convaincre tous les acteurs que leur engagement personnel est indispensable à la réussite du projet. En 2012, l’association Paysages du Champagne s’est fixée comme priorité de communiquer et de mobiliser, dans tous les sens du terme, c’est-à-dire :

  •  réaliser l’union sacrée entre tous les élus dont la volonté doit être tendue vers un même but  : l’inscription du territoire au patrimoine mondial ;
  • faire appel aux compétences et aux réseaux des uns et des autres pour faire connaître et appuyer la candidature dans et hors de nos frontières ;
  • lever une «  armée  » de sympathisants pour donner de l’importance et de l’écho au projet et montrer aux autorités qu’il bénéficie d’un large soutien populaire.
    Avant l’étape ultime où la candidature se retrouve face à d’autres candidatures devant le portillon étroit de la sélection, une promotion non agressive et bien orchestrée peut aider à faire la différence.

La candidature a besoin de l’appui des vignerons

Comme les élus, les institutions, la population et les partenaires scientifiques, les vignerons sont invités à s’associer à cette étape majeure de la communication qui peut transformer l’essai en succès pour le territoire. Comment trouver sa place dans le dispositif  :

  • Anticiper et se mobiliser dès maintenant en ayant bien à l’esprit les rendez-vous stratégiques.
  • Afficher son soutien à la candidature dans ses propres supports de communication (blog, réseaux sociaux…).
  • Valoriser la candidature dans ses cercles de connaissances et sa sphère d’influence.
  • Participer aux événements de soutien à la candidature.
    Les différents outils de communication seront mis à disposition au printemps.

Les prochains rendez-vous stratégiques

  • Avril : présentation du plan de gestion devant le Comité des biens français.
  • Avril/mai : lancement de la campagne de soutien à la candidature Unesco.
  •  Octobre/novembre : présentation globale du dossier devant le Comité des biens français.
  •  Janvier 2013 : choix des dossiers sur décision du Gouvernement.
  • De janvier 2013 à 2014 : des experts internationaux visiteront et évalueront le dossier et les sites.
  •  Juillet 2014 : la décision finale sera prise par le Comité du patrimoine mondial.


Haut de page