La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Patrick Le Brun, chevalier du mérite agricole
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 17 septembre 2008

Patrick Le Brun, chevalier du mérite agricole

Le 10 septembre dernier, le président du Syndicat des vignerons, Patrick Le Brun recevait des mains de Christine Lagarde, ministre de l’économie et des finances, les insignes de chevalier dans l’ordre national du Mérite agricole. Lors de son allocution, le président Le Brun a exprimé sa volonté de partager cette distinction en premier lieu avec la profession viticole dans son ensemble. Mais, il n’a pas oublié de rappeler le rôle de ses grands-parents et de ses parents qui lui ont transmis "la passion du travail bien fait !".

Il en a profité également pour remercier ses collègues représentant les maisons de champagne : "le dialogue est permanent, cela est le ferment de notre succès". Et justement en terme de succès, le président Le Brun rappelait quelques données chiffrées et d’actualité : la Champagne contribuera cette année encore de manière substantielle à l’équilibre financier de la Nation avec un chiffre d’affaires proche de 5 milliards d’euros, dont la moitié à l’exportation.
Au-delà de ces retombées financières c’est également l’image de la France que nos bulles véhiculent dans le monde entier. Madame Beckam fête au champagne le lancement de son parfum, la rentrée littéraire d’Amélie Nothomb nous révèle "qu’il y a un instant entre la 15ème et la 16ème gorgée de champagne où tout homme est un aristocrate ".
Et je ne peux m’empêcher de penser que le 5 novembre, Outre Atlantique, le successeur de George Bush fera sienne la remarque de Winston Churchill : « Le champagne, dans le succès, je le mérite, dans l’infortune, j’en ai besoin ».
Ce succès nous va bien, nous rend heureux. Il nous appartient de le préserver, le développer et de le conforter.
Il est de notre responsabilité, à nous professionnels de tout mettre en oeuvre pour conserver à notre AOC sa réussite. Mais, il est également de notre responsabilité, à nous, professionnels du champagne, d’attirer l’attention des élus, de l’Etat, sur les atteintes susceptibles de déstabiliser notre économie et fragiliser notre construction centenaire.
Les atteintes peuvent être économiques (taxations excessives « dangereuses ») mais elle peuvent aussi s’exercer dans un registre différent. Je fais allusion à la triste loi Evin issue d’un dogme dont la seule réussite à ce jour est de conduire mes collègues producteurs à la faillite sans pour cela remédier de façon efficace au fléau qu’est l’alcoolisme…



Haut de page