La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

18 août 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Patrick Cercellier, directeur de la Cogevi
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 7 juin 2011

Patrick Cercellier, directeur de la Cogevi

Alors que la coopérative agéenne fête cette année ses 90 ans, un plan décennal est déjà lancé. Son principal objectif : profiter de la situation financière saine pour développer l’activité commerciale. Ce projet "2021" sera piloté par un nouveau directeur, Patrick Cercellier prenant prochainement sa retraite.

Dans un contexte rendu périlleux par les aléas économiques, comment la Cogevi a-t-elle traversé l’année 2010 ?

Dans cette période difficile, nos résultats pour l’année écoulée sont plus que satisfaisants. Notre chiffre d’affaires est en augmentation de 5 % s’établir à 53 millions d’euros. Ce chiffre est la conséquence mécanique de l’augmentation de nos approvisionnements sur les dix dernières années et de la baisse de 29 % du niveau de rendement entre 2008 et 2009. Nos marques Collet et Jacquart n’ont pas été impactées. Les ventes sous la marque Jacquart sont à l’équilibre du fait des petites récoltes. Quant à Collet, les ventes sont en progression de 13 %. La décision prise courant 2009 de passer de Raoul Collet à Collet s’est donc révélée bénéfique, grâce notamment au travail considérable effectué dans la refonte de la marque. L’acquisition par Alliance Champagne* Jacquart de la marque Montaudon, du site industriel et des stocks de bouteilles et de vins clairs est un autre fait marquant de l’année écoulée. Cet achat nous permet d’élargir le portefeuille de nos marques et d’améliorer le prix de vente du groupe. L’objectif est désormais de valoriser, de prémiumiser, Jacquart en stabilisant progressivement les ventes de la marque en grande distribution.

Prochainement, vous ferez valoir vos droits à la retraite. Quel bilan tirez-vous de ces dix années passées à la direction de la Cogevi ?

L’avis sur le bilan, il faut le demander aux sociétaires. Ce fut une décennie d’investissements permanents, le tout sans endettement. L’outil a été remodelé. Je citerai notamment la construction d’Oger 1 en 2003, la transformation du siège à Aÿ entre 2003 et 2007, la réfection de la Villa Collet en 2010 afin d’accueillir les services commerciaux et marketing de la marque,… Dernièrement, Oger 2 est sorti de terre. Le site, un des outils les plus performants en Champagne, est désormais capable de stocker 25 millions de bouteilles et la cuverie aura une capacité totale à la prochaine vendange de 100 000 hl. L’ensemble du process d’élaboration des vins a également été revu : chaînes de remuage, de dégorgement,… L’autre moitié des investissements des dix dernières années a été consacrée à l’accroissement des stocks propres en bouteilles. La période 2001-2011 a également vu la mise en place d’une politique de management de qualité, un groupe des jeunes très actif, le développement du site internet ou encore l’investissement permanent de l’ensemble des équipes.

Quels sont aujourd’hui les principaux points sur lesquels la Cogevi peut axer ses ambitions futures ?

Nous pouvons envisager avec une grande sérénité le développement de nos marques. Nous avons la situation financière, l’outil, les stocks et les vins de qualité pour mener à bien nos projets. Cette année, la coopérative fête ses 90 ans. Mais les regards sont déjà tournés vers le centenaire ! Un séminaire sur l’orientation politique que le Cogevi doit prendre à l’horizon 2021 a d’ailleurs d’ores et déjà eu lieu. Identité, valeurs, ambitions commerciales, les thèmes ne manquent pas. C’est mon successeur qui aura pour mission de mener à bien ce projet. Il devra développer nos marques, rester proche du vignoble pour comprendre les attentes de chacun, et maîtriser les rouages et subtilités de la filière. En attendant son arrivée, je me porte garant de défendre les intérêts de la Cogevi et de l’ensemble de ses adhérents. Dans le contexte économique actuel, il faut rester vigilants. Certes, les volumes sont repartis à la hausse en 2010. Cependant, le cours moyen du raisin augmente plus vite que le rattrapage des prix de vente moyens des bouteilles. Il ne faudrait pas retomber dans les travers de la crise des années 1990. Aujourd’hui, le contexte est trop changeant pour prédire de quoi sera fait demain. C’est à nous d’entamer une réflexion et de préparer l’avenir en définissant un nouveau plan pour la prochaine décennie. Le projet est lancé.

* Les trois coopératives d’Alliance Champagne sont la Cogevi, l’Union auboise et la Covama.



Haut de page