La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Nouveau plaidoyer en faveur du maintien des droits de plantation
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 19 octobre 2010

Nouveau plaidoyer en faveur du maintien des droits de plantation

Catherine Vautrin, Député de la Marne, a remis ce 19 octobre son rapport sur les droits de plantation. Celui-ci est sans appel : l’interdiction de plantations nouvelles doit être réinstaurée au niveau communautaire et s’appliquer à l’ensemble des vignobles (vins sans indication géographique compris). Sur la base de travaux parlementaires convergents, la CNAOC attend désormais une mobilisation plus forte du gouvernement sur la scène communautaire.

La CNAOC se félicite de la principale conclusion du rapport de Catherine Vautrin : il faut maintenir le système des droits de plantation au niveau communautaire et sur toutes les catégories de produits. Le maintenir ou plutôt le réintroduire car il s’agit bien de revenir sur la décision du Conseil des Ministres qui a entériné leur disparition progressive lors de la dernière OCM. La CNAOC souligne que la priorité est de réintroduire un instrument de régulation de la production au niveau communautaire et pas de savoir qui doit le gérer en France. Elle souhaite que le gouvernement s’empare des travaux parlementaires réalisés pour s’engager fermement sur le principe du maintien des droits de plantation. Elle attend du président de la République un engagement aussi clair que celui de la Chancelière Angela Merkel et insiste sur la nécessité que le ministre de l’Agriculture se mobilise pour convaincre ses homologues européens. Rappelons que l’objectif est de construire un front commun des pays producteurs pour constituer une minorité de blocage et obliger la Commission à faire des propositions. A ce jour, seul un pays, l’Allemagne, a pris une position forte sur le sujet.



Haut de page