La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 octobre 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Marie-Christine Tarby, présidente de Vin & Société
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 25 avril 2012

Marie-Christine Tarby, présidente de Vin & Société

Prévention, sécurité routière ou loi Évin, la filière vitivinicole va profiter de la période des élections présidentielles pour faire valoir ses arguments. Entretien avec Marie-Christine Tarby, présidente de l’association Vin & Société.

Champagne Viticole : La campagne présidentielle est lancée. Quelles convictions allez-vous porter pour la filière vitivinicole ?

Marie-Christine Tarby : Ces élections sont une grande chance de faire entendre nos arguments. Il ne faut pas la rater ! Dans ce difficile contexte de crise, notre poids économique nous permet de retenir l’attention et nous vaut quelques égards. Ces sept milliards d’euros rapportés à la balance commerciale française en 2011 révèlent pleinement l’atout économique que la filière vitivinicole représente, et il ne s’agit pas de l’opposer à une politique de santé ou de sécurité routière. Nous avons par ailleurs rédigé un « Carnet de campagne » diffusé aux équipes des candidats à la présidence et qui leur permettra à la fois d’avoir une photographie claire de ce que représente la filière… mais aussi d’entendre nos principales convictions sur de grands sujets de société.

En matière de sécurité routière, nous partageons tous l’objectif de réduire le nombre de décès sur les routes. La filière s’engage pour le respect, bien sûr, mais surtout le maintien (et non la réduction !) du taux de 0,5 g/l. En effet, les accidents mortels sont dus à une alcoolémie moyenne de 1,8 g. Sur ce point, nous sommes en accord avec les associations de prévention du risque routier que nous avons rencontrées : c’est bien le respect des 0,5 g et non la stigmatisation d’une consommation responsable qui nous permettra de lutter efficacement contre la violence sur les routes. D’autres pays, comme l’Angleterre, enregistrent d’ailleurs de meilleurs résultats avec un taux autorisé plus élevé.

Concernant l’éducation, l’abus d’alcool de certains jeunes donne une très mauvaise image de l’alcool, vin y compris, même si les jeunes ne boivent pas ou très peu de vin. Vin & Société essaye de les « éduquer », de les prévenir aux dangers de l’alcool à un haut degré. C’est fondamental ! Notre filière a toute sa place dans cette mission de connaissance, de respect, de convivialité et de plaisir de l’art de vivre le vin. Elle a déjà fait beaucoup en matière de formations à la dégustation, à l’appréciation et nous complétons cet engagement par le programme « A toi de choisir » établi à partir du modèle québécois. Développé au sein des collèges, avec les infirmières scolaires, il a pour objectif de briser les tabous, sans stigmatiser ni diaboliser.

Plus largement, en matière de santé publique, nous souhaitons que soit entendue, comme priorité des autorités françaises, la lutte contre les abus et non contre la consommation. Pour tous ceux qui n’ont pas de conduites addictives, une information large et positive sur les repères de consommation engagée par les pouvoirs publics, et relayée par l’association, nous paraît essentielle. Notre conviction est forte : la consommation de vin est bonne pour la santé si l’on ne dépasse pas certaines limites ; assumons clairement ce message, c’est l’avenir de notre produit.

CV : Vin & Société a récemment engagé un débat autour d’une possible révision de la loi Évin. Quelles en sont les conclusions ?

M-C T : La loi Évin a 20 ans. Depuis plusieurs années, la filière vin en France souffre d’une véritable chape de plomb qui conduit nos concitoyens à culpabiliser sur leur consommation alors qu’il serait tellement plus simple et plus efficace de les informer des bonnes pratiques. Nos élites n’osent pas être fières du vin, les médias s’auto-censurent par-delà même les textes législatifs et il est devenu impossible de communiquer sur les valeurs « humaines » du vin et bien évidemment, de parler du plaisir et de la convivialité.

Le problème réside dans un principe de précaution qui se surajoute à une loi déjà restrictive. La loi Évin définit ce qui est autorisé, tout le reste étant interdit. Cela a créé une atmosphère de crainte, mais surtout un « flou artistique » qui nous a conduit à en dire le moins possible. Je pense notamment à Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, qui a participé à l’émission « Un dîner presque parfait » dans le cadre de la fête de la gastronomie et du classement à l’Unesco de la gastronomie et du vin, et n’a pu être filmé en train de déguster un verre de vin avec ce dîner. Est-ce inciter à trop boire ? Ou, au contraire, montrer ce qu’est une dégustation agréable et raisonnable ? Dans ce débat, notre message principal est qu’il faut redéfinir ce qu’est véritablement la « publicité » pour le vin. Aussi, nous avons obtenu lors de notre colloque en novembre dernier, un consensus gauche-droite et Assemblée nationale-Sénat pour une refonte de la loi Évin afin qu’elle remplisse mieux ses objectifs initiaux.

L’année 2012 est une année stratégique pour notre filière, nous devons témoigner de notre force de frappe régionale et nous mobiliser fortement à chaque rencontre avec des candidats en campagne. Vin & Société travaille en étroite collaboration avec tous ses membres, afin que les convictions à défendre soient mémorisées par tous les professionnels qui iront à leur rencontre, et pourront leur remettre le « Carnet de campagne ».


Informations compl�mentaires :

Représentant de la filière viti-vinicole française, Vin & Société est l’interlocuteur privilégié du public sur tous les sujets de société touchant au vin, à la santé, à l’art de vivre, à la politique…


Haut de page