La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

16 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Les ventes de champagne terminent l’année en baisse de 9,1 %
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 7 février 2010

Les ventes de champagne terminent l’année en baisse de 9,1 %

Les expéditions de Champagne en 2009 se situent à 293,3 millions de bouteilles, en diminution de 9,1 % par rapport à 2008. Le marché français se maintient par rapport à 2008 alors que l’export régresse. L’évolution constatée sur les derniers mois de 2009 se poursuit depuis le début de 2010. La reprise qui s’esquisse devrait favoriser les exportations, mais restera étroitement dépendante de la situation économique mondiale.

Le marché français s’est bien comporté et reste en position élevée – 181 millions de bouteilles – identique au chiffre de l’année précédente. Sa part progresse à 61,7 % et l’exportation régresse à 38,3 %. L’Union européenne, avec 70,6 millions de bouteilles, est en repli de 17,4 %. Ce mouvement concerne la plupart des pays, mais il est plus marqué en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne. Le reste du monde est en chute de 25,1 %, à 41,7 millions de bouteilles. Outre les effets de la crise économique mondiale, les taux de change ont eu des conséquences négatives, en particulier sur les expéditions à destination des Etats-Unis d’Amérique et du Japon. Et les pays émergents, tels que la Russie, la Chine, l’Inde et le Brésil n’ont pas apporté le relais de croissance espéré. Les maisons représentent 66 % de l’activité totale, soit 193,5 millions de bouteilles, en diminution de 9,7 %, tandis que les vignerons et les coopératives ont expédié 99,8 millions de bouteilles, en baisse de 7,9 %. Les concessions tarifaires que certains opérateurs ont été contraints d’accepter, comme la part en forte régression des cuvées de prestige et des vins millésimés, expliquent, au-delà du volume perdu, la perte de chiffre d’affaires pour la filière qui s’élève à 17 % par rapport à 2008. Il en résulte, pour nombre d’entreprises, une situation financière fragilisée. La revente de champagne à bas prix, lors des fêtes de fin d’année, pratiquée par la grande distribution en France et en Belgique essentiellement, a porté sur 3 % du total des expéditions. L’excès de stock aval dans les circuits de distribution, en particulier à l’étranger, qui a particulièrement handicapé les expéditions au cours du premier semestre, semble être désormais quasiment résorbé. Cela signifie que la consommation a été nettement supérieure aux expéditions en 2009. Autre constat favorable : au cours des deux derniers mois de 2009, les expéditions de Champagne, avec 97,5 millions de bouteilles, ont progressé de 5,9 % par rapport à la même période de l’année précédente. Cette évolution positive, qui se poursuit depuis le début de 2010, met un terme à une période continue de baisse depuis la fin de 2008. La reprise qui s’esquisse devrait favoriser les exportations, mais restera étroitement dépendante de la situation économique mondiale. Pascal Férat, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne, et Ghislain de Montgolfier, président de l’Union des maisons de Champagne, considèrent que les clignotants viennent de passer du rouge à l’orange.



Haut de page