La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

30 avril 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Les élus du vin mobilisés auprès du ministre de l’Agriculture pour défendre les IG sur Internet
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 28 mars 2014

Les élus du vin mobilisés auprès du ministre de l’Agriculture pour défendre les IG sur Internet

Les deux coprésidents de l’Association nationale des élus de la vigne et du vin (ANEV), François Patriat et Philippe Martin, ont été reçus mardi 18 mars par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll pour évoquer la question de l’ouverture des nouveaux noms de domaine « .vin » et « .wine » sur Internet.

Alors que la prochaine session de l’Icann, l’organisme américain en charge des noms de domaines Internet, se déroulera du 23 au 27 mars prochain à Singapour, les deux coprésidents de l’ANEV ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis d’une éventuelle délégation de ces nouveaux noms de domaine sans aucune protection des Indications Géographiques (IG) viticoles. Ils ont également incité le gouvernement à prendre une position forte concernant la gouvernance de l’Internet et le fonctionnement de l’Icann, qu’ils jugent sous influence américaine. A cette occasion, Stéphane Le Foll a assuré les élus du vin du soutien du Gouvernement sur ce dossier et a rappelé que la France n’acceptera pas que le « .vin » et « .wine » soient délégués si aucun mécanisme de protection des IG n’est assuré. Pour Philippe Martin et François Patriat :« Cette prise de position du ministre va dans le bon sens. Nous espérons maintenant que le soutien des autres pays européens et de la Commission européenne sera aussi clair que la position du Gouvernement français à Singapour. »



Haut de page