La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juin 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Les députés «  viticoles » préservés à l’issue des élections européennes
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 13 août 2014

Parution du mois

Les députés «  viticoles » préservés à l’issue des élections européennes

Depuis le 26 mai, le Parlement européen offre un visage inédit. Alors que le nombre de députés hostiles à la construction européenne n’a jamais été aussi important, son pouvoir dans la construction européenne est paradoxalement de plus en plus fort. Quelles conséquences cette poussée europhobe va-t-elle avoir sur les prochains grands dossiers viticoles ?

Le 26 mai dernier, au lendemain des huitièmes élections européennes, le Front National arrivait en tête du scrutin avec 24,85 % des voix et envoyait au Parlement européen 24 élus, un record. Au niveau européen, même constat, la poussée europhobe est confirmée. Toutefois, les grands équilibres du Parlement restent semblables à ceux de la législature précédente. Parmi les 751 sièges à pouvoir, le Parti Populaire Européen (PPE) arrive donc en tête (221 sièges), suivi par le Parti Socialiste Européen (PSE/191), les conservateurs (ECR/70), les libéraux (ADLE/69), l’extrême gauche européenne (GUE/52) et les Verts (50). Viennent ensuite les partis europhobes avec Europe Libertés Démocraties (EFFD/48), qui a réussi à former un groupe parlementaire hétéroclite composé notamment de membres du parti europhobe britannique UKIP, du mouvement cinq étoiles italien catalogué à l’extrême gauche, également hostile à l’Union européenne, et d’une ex-députée FN.

En revanche, le FN a échoué dans sa tentative de constituer un groupe parlementaire et se retrouve donc affilié aux députés non-inscrits (43 + 9 alliés à aucun groupe politique). Depuis les dernières élections, le Parlement européen désigne conjointement avec le Conseil des ministres, le nouveau président de la Commission européenne. Les deux institutions sont finalement tombées d’accord sur la candidature de Jean-Claude Juncker, un Luxembourgeois de 59 ans, ancien président de l’Eurogroupe, homme de compromis habitué des couloirs de Bruxelles.

Les élus sensibles à la cause viticole réélus

Lors de la législature précédente, Efow et la Cnaoc ont régulièrement travaillé avec certains députés à l’écoute de la filière, notamment lors de la mobilisation pour la sauvegarde d’un système de régulation des vignes. Côté Français, la plupart d’entre eux ont été réélus : Michel Dantin (PPE, rapporteur de la PAC), Françoise Grossetête (PPE), Éric Andrieu (PSE), Sylvie Goulard (ADLE) et José Bové (Verts). Deux nouvelles députées PPE au fait des thématiques agricoles ont également été élues : Angélique Delahaye, qui fait partie du conseil d’administration de la FNSEA et Anne Sander, ancienne attachée parlementaire de Joseph Daul.

En Europe, la majorité des députés « viticoles » ont aussi conservé leur siège  : Paolo De Castro (italien, PPE, ex-président de la Commission agriculture), Herbert Dorfmann (Italien, PSE), Maria E. Herranz Garcia (PPE, Espagnol), Iraxte Garcia Perez (PSE, Espagnol). Astrid Lulling, députée ex-présidente de l’Intergroupe vin et Joseph Daul, tous deux très mobilisée auprès de la filière viticole, ne se sont pas représentés. Nul doute que la Cnaoc et Efow sauront à nouveau trouver parmi ces élus des soutiens à la cause viticole. Le prochain défi sera celui du maintien de l’intergroupe « Viticulture, fruits et légumes, tradition et alimentation de qualité » au sein duquel se retrouvaient les députés de territoires viticoles. Pour cela, les signatures de trois groupes politiques différents sont nécessaires. Depuis 2009 et l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, le Parlement est devenu codécideur avec le Conseil des ministres dans certains domaines comme l’agriculture et la viticulture. Alors qu’il n’a jamais joué un rôle aussi important dans l’histoire de la construction européenne, le Parlement devra se montrer à la hauteur malgré la poussée europhobe.

Côté viticulture, la Commission européenne semble vouloir poursuivre la libéralisation du secteur des vins sans indication géographique (VSIG), comme le confirme le rapport bilan de la réforme de l’OCM viticole de 2008, publié en décembre 2012. Le Parlement devra également surveiller de très près les négociations du traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis notamment sur la question de la protection des IG. D’autant plus que la Commission est seule compétente pour les négociations commerciales avec des partenaires de l’Union européenne. Enfin, le dossier de l’étiquetage devrait également faire son retour. Là aussi les parlementaires pourront être d’un grand secours.

Jean-Benoît Kremer, Cnaoc

Haut de page