La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

30 avril 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Le champagne en grande distribution : loin des idées reçues ?
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 6 février 2014

Parution du mois

Le champagne en grande distribution : loin des idées reçues ?

Belle progression des bouteilles à plus de 20 €, hausse des achats des vins millésimés, prix moyen de vente à plus de 19 €… La dernière étude du CIVC sur les ventes de champagne en grande distribution – qui porte sur les neuf premiers mois de 2013 – est à plus d’un titre tout à fait intéressante. Synthèse.

En septembre 2013, les ventes de champagne dans les hypermarchés et supermarchés français représentaient 44,66 millions de bouteilles (sur 12 mois glissants). Dans un contexte de crise économique, les ventes étaient en repli de 9 % en volume, un repli supérieur au recul des expéditions en France. La baisse du chiffre d’affaires était de 8 % par rapport à 2012, grâce au maintien du prix moyen de vente (+ 1,2 %). Un prix moyen qui, contrairement aux idées reçues, est loin d’être déshonorant (19,10 € TTC sur 12 mois glissants).

Les marques des maisons représentent 68,4 % des champagnes vendus en grandes surfaces, les marques de distributeurs pèsent 19,3 % et les marques de coopératives, 9,6 %. Les vignerons sont globalement peu présents dans les supermarchés, avec un petit volume de 670 000 bouteilles (2,7 % des ventes).

Les prix bas en recul

L’étude montre que, sur les neuf premiers mois de 2013, les champagnes vendus à moins de 15 € sont en recul de 6 % par rapport à 2012. La catégorie des champagnes à prix intermédiaire, entre 15 et 19,99 €, enregistre la plus forte baisse des ventes (- 25 %  !), tandis que, malgré la crise, le volume de bouteilles au-dessus de 20 € progresse de 6 %. Cette évolution est liée notamment à une augmentation des achats de vins millésimés (+ 16,3 %) alors que les bruts sans année sont en repli (- 13,5 %). En pourcentage, la part des millésimes et des rosés est en augmentation depuis 2009, alors que les demi-secs poursuivent leur recul.
Sur les neuf premiers mois, les promotions ont concerné 39,5 % des volumes vendus. Un taux significatif, mais en baisse par rapport à 2012 (- 6 %). Sur 12 mois glissants (période intégrant le dernier trimestre 2012), la part de ventes en promotion atteint quand même un seuil de 48 %.
En moyenne, les champagnes les moins chers sont ceux qui sont vendus sous marques de distributeur (leur prix moyen est légèrement inférieur à 15 € TTC). Le prix moyen des marques de maisons est le plus élevé, suivi de près par les marques de coopératives qui progressent en volumes et en valeur. Les vignerons vendent peu en grande distribution et, depuis 2009, leur présence recule. Cette étude portant sur les neuf premiers mois, n’intègre donc pas le dernier trimestre 2013, qui est de loin le plus important pour les ventes de champagne  ! Nous attendons avec impatience la publication de l’étude annuelle, qui nous permettra de faire le point sur le comportement des acheteurs de champagne en grande distribution à l’occasion des toutes récentes fêtes de fin d’année. À suivre, donc…


Informations compl�mentaires :

• Dans le cadre de son observatoire économique, le CIVC publie, sur son site extranet, d’intéressantes études sur les marchés. Une analyse des ventes de champagne en grande distribution, actualisée tous les trimestres, y est notamment disponible. L’intégralité de cette étude peut être consultée par les opérateurs de la filière sur le site extranet du CIVC, www.champagne.fr

Catherine Chamourin

Haut de page