La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

16 août 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Le SGV a organisé une réunion sur le logement des saisonniers
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 5 janvier 2011

Parution du mois

Le SGV a organisé une réunion sur le logement des saisonniers

Depuis 2006 et la constitution d’un groupe de travail, la question de l’hébergement des travailleurs saisonniers est une priorité pour le Syndicat des vignerons. Le 14 décembre dernier, dans le but de faire émerger de nouvelles pistes de réflexion, il organisait une réunion regroupant de nombreux acteurs du monde du champagne.

La réglementation applicable en matière d’hébergement des saisonniers ignore les réalités du terrain. Non seulement les normes sont souvent excessives mais aussi le coût engendré est totalement disproportionné par rapport à la – courte – durée d’occupation des locaux.
Dans les conditions actuelles qui s’imposent aux employeurs, ces règles sont souvent inappliquées, aux risques et périls des exploitants eux-mêmes ! D’autres ont quant à eux renoncé définitivement à loger leurs personnels en privilégiant les salariés dotés de moyens de locomotion ou en faisant appel soit à la prestation de service, soit aux gens du voyage.
Depuis une dizaine d’années, l’offre d’hébergement a largement diminué, jusqu’à représenter moins de 13 % des offres d’emplois pour la dernière vendange !
Les déplacements domicile-travail ont quant à eux augmenté et accroissent le risque routier. Enfin, le placement des demandeurs d’emploi ne disposant pas du permis de conduire ou de moyen de locomotion s’en trouve pénalisé.
Dès 2006, un groupe de travail a été constitué autour de cette problématique dans le cadre d’une mission parlementaire confiée à Philippe-Armand Martin, député de la Marne. Il réunissait le Syndicat général des Vignerons et l’Union des Maisons de Champagne, ainsi que les syndicats de salariés et les représentants des services de l’État.
En 2008, ce groupe de travail rédige des propositions visant à aménager les normes d’hébergement en vendange. Mais, le Conseil d’État les rejette  ! Motif  : d’une part, elles créeraient une discrimination entre les saisonniers agricoles effectuant les vendanges et les autres saisonniers  ; d’autre part, elles porteraient atteinte au principe selon lequel toute personne a le droit de disposer d’un logement décent  !

De nouvelles pistes de réflexion

Depuis le début de l’année, le SGV a donc relancé le débat et a invité, le 14 décembre dernier, les représentants de l’Union des Maisons de Champagne, de la FRSEA Champagne Ardenne, des chambres d’agriculture de l’AOC Champagne et de la corporation des vignerons à travailler sur de nouvelles propositions.
Des pistes de réflexion sont d’ores et déjà à l’étude et doivent maintenant être approfondies, notamment en collaboration avec d’autres régions viticoles mais aussi d’autres secteurs d’activité agricole comme l’arboriculture ou encore le maraîchage par exemple.
La question de l’hébergement contribue fortement à l’image qualitative de notre région et de notre produit et permettrait de renouer avec certaines de nos traditions viticoles.

Anne Collot

Haut de page