La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 décembre 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Le Commandant Badel et le Capitaine Weimer reviennent sur le Plan Champagne
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 19 décembre 2012

Le Commandant Badel et le Capitaine Weimer reviennent sur le Plan Champagne


Instauré en janvier conjointement par la région de gendarmerie de Champagne-Ardenne, des représentants de l’État et des acteurs de la filière viticole, le Plan Champagne permet de mener des actions concertées entre la gendarmerie et les professionnels viticoles pour lutter contre les vols, les escroqueries, les atteintes aux biens et à l’image du champagne. Pour mieux comprendre, La Champagne Viticole a rencontré deux des acteurs de la sécurité de la région, le Commandant Badel et le Capitaine Weimer.

Le Plan Champagne, garant de la sécurité de la filière viticole

Champagne Viticole : Pourquoi le Plan Champagne ? D’où vient-il ?

Commandant Badel : La gendarmerie met en place des stratégies qui s’adaptent à nos territoires. Dans la région, l’élément déterminant qui focalise l’attention est le champagne, bien sûr. C’est un élément commun pour trois des quatre départements. À partir de là, va découler la réflexion sur le Plan Champagne.
Évidemment, la gendarmerie a pour mission primordiale de garantir la sécurité de tous les citoyens. Avec le Plan Champagne, c’est aussi de garantir la sécurité des vignerons et de leur activité. L’objectif principal du Plan Champagne est de mettre en œuvre toutes les actions de nature à améliorer la sécurité économique du monde viticole champenois.
C’est aussi pour cela que les deux représentants de la filière, Pascal Férat, président du SGV et Ghislain de Montgolfier, président de l’Union des maisons de champagne, l’ont signé.

CV  : Quelles actions ont été menées lors des dernières vendanges ?

Capitaine Weimer  : Vous savez, le Plan Champagne fonctionne toute l’année mais il vit bien sûr au rythme de l’année culturale, et les vendanges sont une période intense. Nous renforçons notre présence tout particulièrement durant ce moment. Nous sommes présents au cœur des vignes et au sein des communes pour prévenir la délinquance. En septembre, deux opérations concertées ont mobilisé la garde républicaine, – cela représente une douzaine de gendarmes à cheval –, une patrouille en hélicoptère et des gendarmes mobiles. Plus de 170 gendarmes étaient sur le terrain.

Cdt Badel  : Dans les années à venir, l’objectif est de renforcer la présence des cavaliers de la garde républicaine, surtout dans le département de l’Aube. Nous allons l’étendre sur l’ensemble du vignoble. En effet, ils ont apporté cette sécurisation sur le territoire. Et puis, c’est aussi un retour aux sources pour le viticulteur. Avant, les chevaux travaillaient dans les vignes avec eux. Les cavaliers de la garde républicaine sont très appréciés. Pour l’anecdote, un vigneron m’a dit qu’il avait plus de facilité à venir vers nous quand nous étions à cheval. Qu’il ne viendrait pas caresser la tôle de nos voitures, ça non, mais la robe de nos chevaux, oui  ! L’animal apporte plus de proximité.

CV  : Les dispositifs mis en place avec le Plan Champagne ont-ils porté leurs fruits ?

Cdt Badel : Je pense que nous avons apporté sécurité et sérénité afin que cette vendange 2012 soit paisible. Depuis 2009, on constate une baisse constante du nombre de délits : vols dans les véhicules, à la roulotte, dans les vignes… Nous avons couvert le territoire de jour comme de nuit, avec certains soirs, l’hélicoptère qui survolait les vignobles.

Cpt Weimer : Nous avons choisi le premier jour de la vendange pour montrer notre présence. C’était important pour marquer les esprits.

CV : Outre votre présence dans les vignes et les villes, quels autres types d’opérations avez-vous mené ?

Cpt Weimer : Les fêtes de fin d’année approchant à grand pas, nous faisons des campagnes de prévention sur les escroqueries. D’ailleurs, une plaquette spécifique a été réalisée et distribuée dans les brigades de gendarmerie, mais aussi au CIVC et au Syndicat général des vignerons. Elle informe des méthodes de fraude et prodigue des conseils pour se protéger des escroqueries.

Cdt Badel : Nous avons organisé des réunions d’information, une réunion sur la sécurité a été mise en place en partenariat avec le SGV juste avant les vendanges par exemple.
J’ai aussi rédigé un courrier qui a été envoyé à l’ensemble des vignerons pour les sensibiliser sur les mesures de sécurité à mettre en œuvre pour leur exploitation et leur résidence principale, des règles de bon sens.

Cpt Weimer : La gendarmerie propose, par ailleurs, des consultations de sûreté auprès des entreprises ayant déjà été victimes de cambriolage notamment. Un correspondant sûreté de la gendarmerie va dans l’exploitation et dresse, avec le vigneron, un état des lieux en matière de sécurité. Il va le conseiller sur les lacunes, les vulnérabilités du site, mais aussi passer en revue la fiabilité du système informatique.

Cdt Badel : Dès que vous avez des doutes, que vous remarquez un comportement suspect comme un véhicule qui rôde autour de votre exploitation ou votre habitation, appelez le 17. C’est le meilleur conseil que nous pouvons vous donner.

7 conseils pour éviter les vols

1.  Équiper son entreprise, sa résidence d’un dispositif de détection d’intrusion.
2. Renforcer les serrures.
3. Mettre une alarme.
4.  Ne pas communiquer sur la fermeture de son site sur les réseaux sociaux.
5.  Signaler la fermeture de son site à la gendarmerie.
6.  Ne pas mettre de fanion devant les portes pour indiquer au transporteur que ses bouteilles sont prêtes. Les transporteurs sont maintenant tous équipés en GPS !
7. Éviter tous signes d’intérêt pour les cambrioleurs.


Informations compl�mentaires :

SGV  : Alerte arnaques !

Le service juridique du SGV propose, aux adhérents, dans son espace sur le site internet du SGV www.sgv-champagne.fr, une rubrique Alerte arnaques qui avertit sur les arnaques et escroqueries en tout genre. Les adhérents reçoivent également les alertes sur leur boîte mail. Plus de 600 vignerons sont déjà abonnés. Et vous  ?

•  Renseignements : SGV, service juridique, tél. : 03 26 59 55 00


Haut de page