La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Le 30 octobre dernier
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 15 décembre 2008

Parution du mois

Le 30 octobre dernier

Panneaux masqués, conférences de presse, rencontre d’élus et de préfets, actions de bloggeurs sur internet… le 30 octobre dernier, dans la France entière, la viticulture s’est mobilisée contre la censure qui lui est imposée. Sous l’impulsion du SGV, le vignoble de Champagne s’est associé avec efficacité et humour à cette journée d’action nationale.

Le 30 octobre 2008 Vin et Société a appelé tous les vignobles de France à la mobilisation générale. Objectif : protester contre la montée en puissance d’une véritable censure. Il y a bien entendu, en premier lieu, la loi Évin qui bride considérablement les possibilités de communiquer sur le produit. Mais aujourd’hui, en plus, sous couvert de l’argument de santé publique dont personne ne nie l’importance, est en train de se mettre en place un véritable arsenal de mesures « anti-vin ». Cette journée d’action nationale entendait notamment dénoncer  :

  • L’absence de définition claire de la publicité, qui a conduit la justice à condamner le journal Le Parisien pour avoir fait paraître un article sur «  le triomphe du champagne ».
  • L’interdiction de faire de la publicité sur internet, ce support n’étant pas prévu par la loi Évin.
  • Un projet d’interdiction de la vente à la flûte (vente dite « au forfait ») ou de la dégustation gratuite. Ce texte, vise en principe les soirées étudiantes, mais il est formulé de manière tellement générale qu’il pourrait aussi s’appliquer aux foires, salons, buvettes et toutes manifestations et fêtes locales.
  • Un projet de loi visant à interdire la vente dans les stations-service, qui remet en cause indirectement la vente de produits régionaux.
  • Et le projet d’augmenter les droits de circulation et de consommation.

L’enjeu n’était pas d’organiser de grandes manifestations mais, par des actions locales et ciblées, de sensibiliser les élus politiques, la presse régionale et l’opinion publique. En masquant symboliquement les panneaux de villes et villages viticoles, les vignerons ont voulu montrer que la défense du vin est celle d’une culture au cœur des terroirs et du patrimoine français.

Merci aux sections locales !

Pour symboliser la censure française qui pèse de plus en plus sur la communication pour le champagne, le Syndicat des vignerons avait invité ses sections locales à couvrir des panneaux en rapport avec le champagne (route touristique du champagne, nom de communes viticoles, etc.), à associer si possible les maires et à envoyer ensuite au syndicat des photos de leur action locale. Pendant ce temps, une conférence de presse était organisée au Sgv. Enfin, rendez-vous était donné à Épernay (et à Bar-sur-Seine) pour masquer emblématiquement l’entrée de l’avenue de Champagne devant les journalistes et les politiques.
Environ 80 sections locales ont répondu à l’appel du SGV avec dynamisme et humour. Le négoce, aussi concerné par ces diverses menaces que le vignoble, était également au rendez-vous : plusieurs Maisons de l’avenue de Champagne avaient masqué leur marque et c’est ensemble que les présidents du SGV et de l’Union des Maisons de Champagne ont symboliquement fermé l’avenue avec un rideau noir.

Les sections impliquées : Ambonnay, Arrentières, Avenay, Avirey-Lingey, Azy-Bonneil, Bar-sur-Aube, Baroville, Bergères, Bergères-les-Vertus, Bertignolles et Eguilly, Broyes, Celles-sur-Ource, Charly-sur-Marne, Château-Thierry, Chavot-Courcourt, Chenay, Cormoyeux, Coulommes-la-Montagne, Cramant, Cumières, Damery, Essômes-sur-Marne, Festigny, Fleury-la-Rivière, Fontaine-Denis, Gyé-sur-Seine, Hermonville, Jouy-les-Reims et Pargny-les-Reims, La Celle-sous-Chantemerle, La Neuville-aux-Larris, Leuvrigny, Loches-sur-Ource, Mailly-Champagne, Mancy, Merrey-sur-Arce, Meurville, Montgenost, Monthelon, Moussy, Nesle-le-Repons, Neuville-sur-Seine, Noé-les-Mallets, Oeuilly, Orbais L’abbaye, Passy-sur-Marne, Passy-Grigny, Pevy, Polisot, Prouilly, Rouvres-les-Vignes, Saulcy, Trélou-sur-Marne, Trépail, Urville, Vandières, Vert-Toulon, Ville-sur-Arce, Villenauxe-la-Grande, Villers-Marmery.

• Les photos des sections locales sur www.lachampagneviticole.fr

La presse a relayé le message

Douze journalistes de presse, télévision et radio de la région ont participé à la conférence de presse organisée par le sgv. De nombreux articles et reportages ont été réalisés. Dans l’Union, Libération Champagne, Les Petites Affiches Matot Braine, La Marne Agricole, La Revue Agricole de l’Aube, mais aussi L’Hebdo du Vendredi. Soit près de 150 000 personnes touchées, sans compter les sites internet de ces supports qui ont également relayé l’information. Pour la Tv et radio : un reportage en une au 19-20 de France 3 Champagne Ardennes, une interview sur France Bleu Champagne et des annonces en continu sur Champagne FM et NRJ Reims.

ET APRÈS  ?

  • Roselyne Bachelot a affirmé sa position en faveur de la reconnaissance d’Internet comme support autorisé pour la publicité sur les boissons alcoolisées. La ministre a rencontré une délégation de députés. Des amendements devraient être déposés dans ce sens.
  • Le projet de loi menaçant la vente au forfait et la dégustation doit être examiné au début de l’année 2009. Plusieurs députés ont demandé à Vin et Société de leur proposer des amendements.
  • Concernant l’interdiction de vente dans les stations services, Vin et Société va proposer un amendement sur les produits du terroir.
  • Le texte visant à indexer les droits de circulation et de consommation sur le coût de la vie a en revanche été adopté par l’Assemblée Nationale. Une dizaine de députés seulement étaient présents au moment des discussions. Philippe Armand Martin (Marne) et Gérard Bapt (Haute-Garonne) ont voté contre. Le projet doit prochainement être examiné par le Sénat.
  • Enfin, le gouvernement ne semble pas favorable à la clarification de la notion de publicité. Vin et Société se rapproche des représentants de la presse pour travailler avec eux.
  • TOUS LES VINS DE FRANCE ÉTAIENT AU RENDEZ-VOUS

    La journée nationale d’action de la viticulture fut incontestablement un succès. Alsace, Anjou et Touraine, Beaujolais, Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Cognac, Corse, Bergerac, Jura, Languedoc, Muscadet, Provence, Roussillon, Sancerre, Savoie, Sud Ouest, Vallée du Rhône… La multiplication des actions sur tout le territoire a démontré la capacité des vignerons à faire front commun pour défendre la place du vin dans la société.

    Catherine Chamourin

    En images


    • 30 octobre


    • Bar-sur-Seine


    • Merci aux sections locales


Haut de page