La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 décembre 2017 accueil Accueil >  Actualité  > La production viticole oubliée
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 21 septembre 2009

La production viticole oubliée

C’est quelque peu surpris que les organisations professionnelles de la Production viticole ont découvert, par voie de presse, que cette semaine marquait le début des réflexions sur l’élaboration du projet de loi de modernisation agricole et que cinq groupes de travail allaient rapidement être mis en place.

Lors de sa rencontre du 29 juillet dernier avec l’ensemble de la filière viticole, Bruno Le Maire, alors fraichement nommé ministre de l’Alimentation, de l’agriculture et de la pêche, s’était engagé à associer les organisations professionnelles aux travaux préparatoires du projet de loi. Or, les organisations de la Production n’ont, à ce jour, reçu aucune invitation tandis que les débats vont s’intensifier au sein du Ministère.
L’AGPV demande, par conséquent, à participer ardemment aux différents groupes de travail portant sur les thématiques générales (alimentation, compétitivité et le revenu, agriculture durable et les territoires, PAC 2013) et souhaite que la filière puisse se réunir dès que possible pour traiter de ses problématiques propres.
En tant que première contributrice à la valeur de la ferme France (plus de 15 % de la valeur de la production agricole et près de 30 % de celle des produits végétaux) et important employeur de main-d’oeuvre, il est, en effet, inconcevable que la filière ne soit pas associée à la rédaction d’un projet de loi qui va l’engager pour de nombreuses années.



Haut de page