La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 novembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > La première station de lavage de tracteurs est ouverte grâce à la section locale
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 30 octobre 2012

Parution du mois

La première station de lavage de tracteurs est ouverte grâce à la section locale

Le vendredi 7 septembre, la section locale de Rilly-la-Montagne a inauguré la première station de lavage de tracteurs et de gestion des effluents phytosanitaires sur le secteur de la Montagne de Reims.

La Cuma les Montozés regroupe 34 exploitations et négociants installés à Rilly-la-Montagne et sur les communes environnantes pour un total de 36 pulvérisateurs. La création de cette aire de lavage de tracteurs permet la collecte des effluents phytosanitaires issus de la culture des vignes et éviter que ceux-ci ne finissent par polluer les sols. « Cette construction est une preuve de plus de la prise de conscience de la profession viticole sur l’environnement » annonce Sébastien Gauthier, président de la Cuma des Montozés.

Tout a commencé en 2007 sous l’impulsion de la section locale de Rilly-la-Montagne.
« Si les premières ébauches n’ont pas abouties, raconte Sébastien Gauthier, c’est peut-être le fait d’avoir voulu répondre trop précipitamment à la parution du décret de 2006 sur le devenir des effluents phytosanitaires. C’est au début de l’année 2009 que la section locale a décidé de reprendre ce projet afin de réfléchir à une solution collective. » Un groupe de travail a alors été mis en place.
Après avoir concerté les viticulteurs des alentours, fait le tour de leurs attentes et avoir pris connaissance du cahier des charges du CIVC pour pouvoir prétendre aux subventions proposées, les grandes lignes du projet ont été tracées. La section locale a alors décidé d’évoluer sous la forme d’une Cuma, le statut coopératif étant plus léger à gérer, et de passer par un prestataire pour assurer le traitement des effluents. « Ce choix se révèle plus simple à mettre en œuvre qu’un retraitement de type biologique, et moins coûteux, tant en investissement qu’en frais de maintenance » précise Sébastien Gauthier.

Développement durable avant tout

Tous les vignerons adhérents à la Cuma – « 38 exploitations représentées   », précise Sébastien Gauthier – peuvent accéder à la station de lavage, située entre Rilly-la-Montagne et Villers-Allerand. Cet accès se fait par authentification, un badge nominatif est remis à chaque adhérent..
Un nettoyeur haute pression leur est notamment mis à disposition ainsi qu’une zone de remplissage. Pour une meilleure traçabilité, le volume d’eau consommée est informatisé..
Évidemment, la Cuma fait dans le développement durable. « Les eaux usées tournent en circuit fermé, cela signifie que l’eau rejetée est traitée puis restockée », déclare son président. L’eau recyclée permettra de laver à nouveau les matériels agricoles. Aucune perte, aucun gâchis. L’aire de lavage est ouverte du printemps à la fin octobre, et 24 h/ 24 lors de la période d’utilisation massive des pulvérisateurs. « Les vignerons des communes voisines le souhaitant peuvent nous rejoindre et adhérer à la Cuma. Notre porte leur est bien évidemment ouverte  ! » conclut Sébastien Gauthier.

Pauline Ponchaux

Haut de page