La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

17 décembre 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Jean-Pierre Vézien et Pierre-Eric Jolly, les artisans de Cap’C
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 8 août 2012

Jean-Pierre Vézien et Pierre-Eric Jolly, les artisans de Cap’C

L’association CAP’C est née ! La Champagne Viticole a rencontré Jean-Pierre Vézien, président de l’association La Maison de la Vigne et Pierre-Eric Jolly, président de l’Association pour la promotion du vignoble champenois (APVC), les deux parents de cette nouvelle entité.

Champagne Viticole : Vous avez été particulièrement efficaces pour donner si rapidement naissance à CAP’C. Quelles sont vos impressions ?

Jean-Pierre Vézien : Nos deux associations partageaient la même conviction qu’il fallait réunir nos forces, car nous comptions beaucoup d’adhérents communs et nous étions de plus en plus fréquemment partenaires. Il y a deux ans lors de la présentation des résultats de l’étude du projet de création d’un site vitrine de notre vignoble et lieu de ressources pour notre profession, le mot clé pour l’avenir était la mutualisation de nos moyens. Ce fut un véritable déclic. 2011, jalonnée par les événements autour de la commémoration du centenaire de la révolte des vignerons nous a convaincus qu’il fallait aussi faire vite.

Pierre-Eric Jolly : Nos associations présentaient des missions complémentaires et beaucoup d’adhésions et de responsables communs. Nos deux cotisations jetaient parfois la confusion dans l’esprit des vignerons. Nous agissions côte à côte sur le même secteur, en œuvrant à la mobilisation de l’ensemble des acteurs du tourisme et du vignoble aubois pour d’un côté, valoriser son patrimoine historique et d’un autre côté, ses atouts œnotouristiques. La création d’une entité unique était une évidence pour mieux servir l’intérêt général et notre vignoble. Quant à son nom, CAP’C, ce n’était pas tout à fait celui-ci que nous avions prévu, nous aurions préféré CAP’Champagne. Cependant, notre instance interprofessionnelle est très vigilante sur les utilisations du mot champagne. En tant que Champenois, nous avons bien compris que nous devions montrer l’exemple. Nous avons fait plus court, CAP’C évoque notre enthousiasme, un nouvel élan et un rendez-vous historique tourné vers l’avenir. Pour la première fois, les vignerons de la Côte des Bar, de la Haute-Marne, de Montgueux et de Villenauxe, créent une structure pour eux-mêmes et pour leur promotion.

CV : Qu’attendez-vous de CAP’C ?

P-E J : Tout d’abord, la valorisation optimale et partagée des atouts de chacune des deux anciennes entités : nos expériences, nos savoir-faire, nos partenariats, nos projets… Ensuite, une légitimité territoriale encore plus lisible, des relations simplifiées avec tous les acteurs, une mutualisation des moyens optimisant notre efficacité et porteuse d’économies tout en facilitant l’accès à de nouvelles ressources et aides. CAP’C collectera directement ses cotisations auprès des vignerons, car nous passions trop par des organisations intermédiaires. Même si ces structures seront invitées à marquer leur soutien. Ce contact direct avec nos adhérents permettra l’envoi deux ou trois fois par an d’une newsletter.
Elle doit aussi nous permettre la réalisation d’un projet cohérent illustré en particulier par un calendrier de rendez-vous et d’événements.

J-P V : Je suis convaincu que nous concrétiserons plus facilement les réflexions et les ébauches de projets, que nous menions à l’origine chacun de notre côté et qui nous réunissaient. Je pense, par exemple, que le week-end de commémoration de la révolte des vignerons (les 9 et 10 avril), pourrait être un rendez-vous annuel s’appuyant sur des animations en lien avec la vigne et le vin. Je pense aussi à la recherche d’un site à vocation touristique et culturelle qui permettrait à CAP’C de faire flotter haut sa bannière sur le vignoble aubois.

CV : Comment se met en place CAP’C ? Quel est son fonctionnement ?

J-P V : Nous avons tenu les assemblées générales extraordinaires des deux structures les 4 et 5 juillet, puis dans la foulée nous avons adopté les statuts de la nouvelle entité. Concrètement, en matière de membres et d’adhésions, CAP’C vise à rassembler un maximum d’acteurs intéressés par ses missions de promotion et d’animation sur son secteur. Tout d’abord, tous les viticulteurs et leurs organisations, l’enseignement viticole et les autres institutions ou membres historiquement liés à chacune des structures (conseil général, chambre d’agriculture, SGV, CIVC, offices de tourisme…)..
Des commissions seront mises en place et un site internet sera créé afin d’apporter des services aux organisateurs d’événements locaux  : démarches administratives, calendrier, contacts indispensables, déclarations à télécharger, etc.

P-E J : Notre but est de favoriser, promouvoir et accompagner des animations inscrites dans un calendrier. Au fil des mois, il pourrait y avoir : en janvier, la Saint-Vincent, en février le chapitre de la Commanderie du Saulte Bouchon, puis au printemps, le week-end du 9 et 10 avril, des marches gourmandes, des événements culturels dans le vignoble, et en fin d’année, période calme pour les hôteliers et restaurateurs, un nouveau rendez-vous pourrait voir le jour pour répondre à leurs souhaits. Inévitablement, ces projets s’accompagnant d’un développement d’activité, il est déjà envisagé une embauche et la recherche de locaux.



Haut de page