La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

21 août 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Jean-François Piot, président du Syndicat de la propriété privée rurale de la Marne
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 15 mai 2012

Jean-François Piot, président du Syndicat de la propriété privée rurale de la Marne

Agriculteur et viticulteur à Romigny, près de Reims, Jean-François Piot est l’actuel président du syndicat départemental de la propriété privée rurale de la Marne. Le 13 février dernier, il a participé à la signature de la déclaration en faveur du maintien des droits de plantation organisée par le SGV. Cela témoigne de la volonté du syndicat à défendre les intérêts des propriétaires et à promouvoir un véritable partenariat avec le monde viticole.

Champagne Viticole : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours professionnel ?

Jean-François Piot : Au cours de ma carrière, j’ai endossé de nombreuses responsabilités, notamment celles d’administrateur d’une coopérative céréalière de l’arrondissement de Reims, de président de l’association foncière de Sainte-Gemme, d’administrateur et de vice-président d’une caisse locale du Crédit Agricole. Depuis maintenant 11 ans, je suis président du syndicat départemental de la propriété privée rurale (SDPPR) de la Marne, ce qui me prend beaucoup de temps. J’ai dû, par conséquent, mettre fin à mes autres fonctions. Je suis également administrateur à la fédération nationale de la propriété privée rurale où je représente la région Champagne-Ardenne depuis maintenant neuf ans.

CV : Pour quelles raisons vous êtes-vous associé, aux côtés des responsables des SDPPR de l’Aube et de la Haute-Marne, à la signature de la déclaration contre la libéralisation des droits de plantation ?

J-F P : Nous avons voulu marquer notre solidarité avec les viticulteurs sur le dossier de la libéralisation des droits de plantation en apportant notre soutien le plus net sur cette affaire. Les encadrements qui ont fait preuve de leur efficacité en Champagne, avec la réussite économique que l’on connaît, ne doivent pas être remis en cause par une décision de Bruxelles. Si cette libéralisation avait malheureusement lieu, les propriétaires seraient impactés. Une chute de revenus de la viticulture pour la propriété, c’est une baisse de valeur des biens et une baisse du revenu locatif. Cela ne peut être que négatif pour la propriété. Nous considérons les rapports entre propriétaires et exploitants comme des rapports de partenariat. L’encadrement des plantations fait que l’on a toujours su adapter les surfaces au développement de la commercialisation. Il est souhaitable que cela continue dans l’intérêt de tous. Et s’il y a lieu d’apporter un appui supplémentaire, nous serons là, conscients de l’enjeu pour la profession, que représente cet épineux dossier.
Par ailleurs, nous pensons que la propriété est une composante incontournable de la viticulture, aussi, dans un but totalement positif, et dans un esprit de partenariat, nous souhaiterions être associés aux réflexions sur les critères d’attribution des droits de plantation.

CV : Au sein de quelles commissions siègent les représentants du SDPPR de la Marne ?

J-F P : Le syndicat est représenté dans plusieurs commissions comme la commission de la consommation des espaces fonciers, la CDOA, le comité départemental d’installation, le comité Natura 2000, la chambre départementale et régionale d’agriculture, ainsi que le comité de la Safer. Les responsabilités sont bien réparties selon les compétences de chacun.

CV : Quelles sont les animations que vous proposez tout au long de l’année ?

J-F P : Nous avons décidé d’organiser trois à quatre fois dans l’année des réunions d’information, ouvertes à tous sur des thèmes aussi variés que la dernière loi de finances, les droits de succession ou encore, l’histoire de la propriété privée rurale. Lors de notre prochaine assemblée générale, le 1er juin, le sujet abordé sera « l’alimentation et le réchauffement climatique, deux défis pour l’agriculture du XXIe siècle », suivi par une intervention sur les droits de plantation. D’autre part, il existe depuis à peu près deux ans un groupe de jeunes à la fédération nationale. Le syndicat marnais est à l’origine de cette création. Nous estimons qu’il est primordial que la défense de la propriété ne soit pas qu’une affaire d’ « anciens ». Ce groupe a déjà organisé des conférences comme celle sur « Comment nourrir l’humanité ? ». Une manifestation devrait être programmée d’ici la fin de l’année à Reims.

Repères

  •  Création du SDPPR 51 fin des années 70, début 80.
  • Syndicat indépendant, il adhère à la fédération nationale de la propriété privée rurale.
  • 15 administrateurs le composent, avec moitié concernés par l’agriculture et moitié par la viticulture.
  •  Son siège social se situe à la chambre d’agriculture de la Marne.

Les missions du syndicat

Il s’agit de représenter l’ensemble des propriétaires privés ruraux et de défendre leurs intérêts, notamment lors de la préparation des lois et décrets. En moyenne, le syndicat compte 400 à 500 adhérents, de la filière agricole et viticole, qu’ils soient propriétaires bailleurs ou propriétaires exploitants, possédant des surfaces allant de quelques ares à plusieurs centaines d’hectares.
Par ailleurs, le syndicat offre des conseils juridiques à ses adhérents. L’information est également une autre de leurs missions, se traduisant notamment par l’organisation de réunions publiques et la publication d’une revue au niveau national, « La Propriété Privée Rurale ».


Informations compl�mentaires :

• Pour tout renseignement ou adhésion au syndicat départemental de la propriété privée rurale : Chambre d’agriculture de la Marne, Complexe du Mont-Bernard, BP 51525, 51009 Châlons-en-Champagne Cedex. Tél. : 03 26 64 08 13


Haut de page