La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

20 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Forte mobilisation contre le projet de loi HPST
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 2 mars 2009

Forte mobilisation contre le projet de loi HPST

Face aux nombreuses menaces que fait peser le projet de loi HPST sur la filière viti-vinicole, le Syndicat général des vignerons de la Champagne a sollicité les viticulteurs pour qu’ils interpellent leurs représentants parlementaires. Et l’appel syndical a largement été suivi.

Au travers de ses articles 23 et 24, le projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires fait peser de lourdes menaces sur la viticulture française, et donc champenoise. Le Syndicat général des vignerons de la Champagne a décidé de réagir. Comme dans les autres régions viticoles, il a demandé aux vignerons de contacter leurs représentants parlementaires pour leur demander d’être présents lors des discussions qui se tiendront dans le courant de la première semaine du mois de mars et de défendre les intérêts du secteur.
La réaction a été générale : plus de 500 courriers, fax et emails sont ainsi parvenus aux élus régionaux. Ces derniers ont d’ailleurs fait part de leur soutien pour trouver des compromis qui allient impératifs de santé publique et intérêts de la filière viticole.
Pour rappel, ce projet de loi remet en cause les dégustations dans les fêtes et célébrations viticoles, la possibilité de communiquer via Internet, la vente de champagne dans les stations services et même la mention du danger de l’abus d’alcool dans le message sanitaire.
Alors, aujourd’hui, l’inquiétude est générale et l’incompréhension règne : pourquoi mettre à mal un secteur qui, en plus d’être économiquement et socialement important, est un des fondements de la culture française ?
Une fois encore, c’est un choix de société que nous faisons : oui à une politique de santé publique faisant la promotion de la modération, mais non à une société faite d’interdits !



Haut de page