La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Fermes bio ouvertes dans la Marne
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 24 novembre 2009

Fermes bio ouvertes dans la Marne

L’opération « Fermes bio ouvertes » est organisée pour la deuxième année consécutive par la Chambre d’agriculture de la Marne, Agrobio en Champagne et la FRAB Champagne-Ardenne. Les agriculteurs ont ainsi l’occasion de suivre trois exploitations bio marnaises lors des sept rendez-vous proposés tout au long de l’année. Premières rencontres : le 26 novembre à Courtisols et le 3 décembre à Bréban à 14 heures.

Forte du succès rencontré pour l’édition 2008/2009, l’animation « Fermes bio ouvertes » est reconduite cette année. A cette occasion, la Chambre d’agriculture de la Marne, Agrobio en Champagne et la FRAB Champagne-Ardenne proposent aux agriculteurs marnais de suivre trois exploitations bio tout au long de l’année, à savoir en novembre, février, mai et juin prochains. Les premiers rendez-vous se tiendront le jeudi 26 novembre à la Mairie de Courtisols et le jeudi 3 décembre à la Mairie de Bréban à partir de 14 heures. L’objectif de ces rencontres ? Partager l’expérience des exploitants bio et faire connaître leurs pratiques dans le but notamment de préserver la ressource en eau.

L’agriculture biologique, une des alternatives techniques pour une eau de qualité

Pour s’affranchir de l’usage des produits chimiques de synthèse, les agriculteurs bio travaillent en effet sur la base d’une approche globale du système. Sur l’exploitation, cela se traduit par diverses pratiques : rotations longues et diversifiées, gestion de la fertilité des sols qui favorise l’infiltration des eaux tout en limitant le lessivage des nitrates, chargement modéré, présence de zones de régulation écologique… autant de points techniques qui seront abordés à l’occasion des sept rencontres « Fermes bio ouvertes » programmées tout au long de l’année. Le 26 novembre et le 3 décembre prochains, l’accent sera mis sur le semis et la préparation des sols. Claude Rollet (GAEC des Cyprès à Courtisols) et Sylvain Pienne (EARL Saint-Charles à Bréban), tous deux agriculteurs bio, présenteront les différents itinéraires techniques de semis et les matériels qu’ils utilisent sur leur exploitation. Autre sujet abordé : le faux semis, technique indispensable à la gestion des adventices. En effet, une action précoce par le déstockage des graines aura un impact fort par la suite sur le niveau de salissement des parcelles. Un éclairage sera également apporté sur le choix des variétés en bio et sur celui des cultures intermédiaires pièges à nitrates (CIPAN).

L’agriculture biologique, côté économique

Outre des thèmes techniques, chaque rendez-vous « Fermes bio ouvertes » abordera un point économique. En novembre et décembre, les résultats des simulations technico-économiques de conversion à l’agriculture biologique réalisées par les Chambres d’agriculture de la région Champagne-Ardenne seront présentés. L’impact de la conversion sera alors mesuré sur différents cas-types, dont deux en grandes cultures. Un panorama des filières de commercialisation régionales sera également dressé à cette occasion. Les rencontres « Fermes bio ouvertes » se veulent concrètes et pratiques dans un contexte où le Grenelle de l’environnement vise à convertir en agriculture biologique 6 % de la surface agricole utile en 2012 et 20 % en 2020. La centaine de participants à l’édition 2008/2009 ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Les résultats techniques et économiques des exploitations suivies l’an passé ont en effet convaincu certains d’entre eux de se lancer à leur tour dans la production biologique.



Haut de page