La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 octobre 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Etiquetage, la CNAOC manifeste son opposition
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 18 décembre 2009

Etiquetage, la CNAOC manifeste son opposition

Les débats au Parlement européen sur le projet de règlement sur les denrées alimentaires ont débuté. Le 16 décembre, dans une réunion au Parlement européen, la CNAOC et ses partenaires européens ont manifesté aux députés européens leur opposition à ce projet qui risque d’obliger les vignerons à étiqueter sur leurs bouteilles l’indication des ingrédients et de la valeur énergétique.

Le projet de règlement sur les denrées alimentaires prévoit d’imposer l’étiquetage de la valeur nutritionnelle et des ingrédients sur les boissons alcoolisées, notamment sur le vin. Plusieurs Etats membres et de nombreux parlementaires européens souhaitent que ces étiquetages soient rendus obligatoires pour les boissons alcoolisées. La CNAOC, ainsi que ses partenaires européens, se mobilisent sur ce sujet. Le 16 décembre, au Parlement européen, la CNAOC a ainsi manifesté devant les députés européens son opposition à l’étiquetage des ingrédients et de la valeur énergétique sur le vin. Avec l’appui de plusieurs députés, ils ont fait déposer des amendements sur ce texte. La CNAOC oeuvre aussi pour éviter, comme le souhaitent certains députés, que de nouvelles données soient étiquetées, comme les « traffic lights » qui sont des codes couleurs apposés sur les produits en fonction de leur impact sur la santé. Pour Pierre AGUILAS, Président de la CNAOC, « On ne peut pas nous imposer de nouvelles obligations en matière d’étiquetage. Nous sommes déjà soumis à une législation spécifique qui nous impose beaucoup. A force d’en ajouter nos étiquettes deviendront illisibles ! ». Christian PALY, représentant des producteurs européens de vins sous indications géographiques, était présent le 16 décembre à Strasbourg. « Nous sommes contre l’obligation d’étiqueter les ingrédients et la valeur énergétique sur le vin. D’ailleurs, une étude de la Commission européenne de 2005 montre que le consommateur ne souhaite pas de ces mentions sur le vin. » Le Parlement dispose sur ce dossier d’un pouvoir de codécision. L’issue des débats parlementaires est donc d’une importance capitale pour la filière viticole qui défendra le maintien de ces deux exemptions jusqu’au bout. Le vote du rapport de la députée SOMMER aura lieu en mars 2010 et le vote final en assemblée plénière se tiendra selon toute vraisemblance en mai 2010.



Haut de page