La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juillet 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Environnement et hydraulique : la chambre d’agriculture de la Marne s’investit
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 11 janvier 2013

Parution du mois

Environnement et hydraulique : la chambre d’agriculture de la Marne s’investit

La chambre d’agriculture de la Marne œuvre quotidiennement pour accompagner les viticulteurs vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Nombre de ses actions concourent à l’amélioration de la qualité de l’eau, mais pas seulement.

Les actions de groupe ont un impact significatif sur les pratiques au vignoble, c’est pourquoi la chambre d’agriculture s’attache à accompagner ce type de démarche, que ce soit pour la confusion sexuelle, ou bien encore les analyses de sol. Depuis 17 ans, la chambre d’agriculture maintient son implication en faveur de la confusion sexuelle. Elle apporte un appui technique et administratif à plus de 50 responsables de site dans la Marne. Elle assure notamment l’envoi des courriers d’engagement et de mise à jour des surfaces et des dates de pose des diffuseurs. Techniquement, elle accompagne les nouveaux sites pour l’organisation de la pose ou pour le contrôle des populations de tordeuses de première et deuxième génération. En 2012, près de 15000 courriers ont été envoyés aux viticulteurs des communes concernées, contribuant ainsi au développement de cette technique. Au cours des six dernières années, les surfaces ont pratiquement doublé pour atteindre 11 700 ha en Champagne, dont près de 11000 ha dans la Marne.

Concernant la pollution des eaux par les nitrates, cela reste une problématique du vignoble, même si des progrès importants ont été réalisés ces dernières années. La chambre d’agriculture continue de fournir un appui technique aux viticulteurs qui le souhaitent pour optimiser leurs apports azotés. Cet appui est réalisé de manière collective à l’échelle d’une commune. Souvent sous l’impulsion d’une personne, un groupe de viticulteurs reçoit l’aide d’un conseiller qui, dans un premier temps, vient réaliser les prélèvements et expliquer la méthode. Le conseiller restitue ensuite collectivement les analyses qu’il aura interprétées. Chaque viticulteur bénéficie alors d’un conseil individuel grâce à l’interprétation d’une analyse de sa parcelle et d’une vision globale sur sa commune.

Faire évoluer les pratiques au vignoble

La chambre d’agriculture, par l’intermédiaire du GDV de la Marne, participe depuis plus de dix ans à l’évolution des pratiques au vignoble. L’objectif premier du GDV reste bien entendu la qualité et la quantité de la récolte de ses adhérents. L’accompagnement technique du GDV propose à la fois un appui collectif et individuel en viticulture durable comme en viticulture biologique. En matière d’innovation, l’équipe technique du GDV conduit de nombreux essais avec les adhérents. Pour la plupart, ils visent la réduction de l’usage des intrants, en particulier les produits phytosanitaires. Les réductions de doses d’anti-mildiou représentent la majorité des essais menés. Ceux-ci, en complément des expérimentations conduites notamment par le CIVC, ont permis de faire évoluer les préconisations de traitement vers des réductions de doses en début et fin de campagne. Il est important de souligner que ces préconisations restent conditionnées à l’utilisation d’un matériel performant et bien réglé.

Plus récemment, la chambre d’agriculture de la Marne s’est engagée dans l’animation de deux réseaux Dephy. Dephy est l’une des actions qui doit permettre d’atteindre les objectifs du plan Ecophyto 2018 visant à réduire, si possible, de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici à 2018. Ces deux réseaux comportent respectivement 13 et 10 exploitations qui se sont engagées à réduire d’au moins 30 % leur usage des produits phytosanitaires. Le but est de tester des systèmes de culture permettant cette réduction à l’échelle de l’exploitation, vérifier si ces systèmes permettent d’atteindre l’objectif fixé sans compromettre le rendement économique, et le cas échéant, communiquer pour promouvoir ces systèmes auprès de l’ensemble des viticulteurs.

Protéger les captages


La protection de la qualité de l’eau est une préoccupation majeure partagée par de nombreux acteurs : agence de l’eau Seine-Normandie (AESN), collectivités, syndicats des eaux… Consciente de l’impact des pratiques agricoles et viticoles sur la qualité de l’eau, la chambre d’agriculture s’implique naturellement pour faire évoluer ces pratiques. Ainsi, elle assure l’animation des plans d’actions agri-viticoles des contrats globaux pour l’eau de la Vesle et de la Brie des étangs. Elle intervient également sur les captages Grenelle (Gueux, Villers-aux-Nœuds, Couraux, et Beaumont-sur-Vesle) et anime le plan eau viticole dans cinq communes de la vallée de la Marne. Concrètement, les animateurs en charge de cette action ont pour mission de sensibiliser les viticulteurs. Des réunions hivernales sont régulièrement organisées pour faire un point sur l’évolution de la qualité de l’eau et des pratiques viticoles, et pour proposer des aides financières.

Parallèlement, de nombreuses rencontres techniques sont organisées sur le terrain. Elles ont pour objectif de faire évoluer l’entretien du sol, la protection phytosanitaire, en particulier la pulvérisation, ou encore la fertilisation. Parmi les évolutions plus récentes, la chambre d’agriculture accompagne désormais de façon individuelle les viticulteurs des aires d’alimentation de captages (AAC) prioritaires qui en font la demande. Cet accompagnement, financé par l’AESN et la chambre, repose sur un diagnostic de l’exploitation et l’élaboration d’un plan d’action pour réduire les intrants. En quelques mois, ce sont plus de 30 viticulteurs qui se sont engagés dans cette démarche volontaire.

Accompagner les projets d’aménagement hydraulique

Face à certaines catastrophes naturelles (inondations, coulées de boue…), l’aménagement des coteaux viticoles est une préoccupation. Ainsi, la chambre d’agriculture de la Marne, avec l’appui de l’AESN, a créé dès le début des années 90, la cellule érosion vignoble. Son rôle est d’accompagner l’ensemble des porteurs de projets d’hydraulique viticole dans leurs démarches. Ces projets doivent répondre à quatre objectifs : la sécurité des biens et des personnes, l’accès aux parcelles, la préservation de la ressource en eau et l’image de l’appellation Champagne. À ce jour, ce sont 37 ASA viticoles représentant 6 100 ha, 9 800 propriétaires et 74 000 parcelles qui sont suivies par la chambre d’agriculture. La cellule érosion assure également une mission de référent en jouant le rôle d’interface entre les différents acteurs de l’hydraulique. Elle organise, à ce titre, des animations techniques réunissant l’ensemble de ces partenaires. Ces quelques exemples illustrent l’engagement fort de la chambre d’agriculture auprès des viticulteurs pour les accompagner vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement. Si des progrès marquants ont été réalisés, de toute évidence, d’autres efforts devront être assurés. De quoi occuper les conseillers et animateurs de la chambre pour les années à venir !

Pauline Ponchaux

En images


  • Environnement et hydraulique : la chambre d’agriculture de la Marne s’investit !


Haut de page