La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

21 août 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Entretien avec Sébastien Sanchez, président du GDJ : "Cette année, le maître mot est qualité"
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 27 février 2013

Entretien avec Sébastien Sanchez, président du GDJ : "Cette année, le maître mot est qualité"

Viticulteur à Cumières et, surtout, président du Groupe des jeunes viticulteurs (GDJ) depuis deux ans, Sébastien Sanchez dresse un bilan de sa présidence. Dans ces lignes, il partage ses réflexions sur l’implication des jeunes vignerons dans la vie syndicale, et nous parle de la prochaine assemblée générale du GDJ, le 8 mars prochain.

Champagne Viticole : Vous êtes président du GDJ depuis deux ans. En avril, vous arrivez au terme de votre présidence. Quel bilan pouvez-vous dresser de votre mandat ?

Sébastien Sanchez : La première chose que je tiens à souligner est que le GDJ a continué à se mobiliser sur les dossiers d’actualité. Prenons l’exemple des droits de plantation. Nous avons rassemblé, lors de notre dernière assemblée générale, plus de 400 personnes. Nous nous sommes plusieurs fois rendus à Bruxelles pour participer aux actions organisées par la Cnaoc, Efow et l’Arev. Plusieurs membres du GDJ se sont fortement impliqués en assistant aux réunions de l’intergroupe vin au Parlement européen, aux côtés de nos homologues des autres régions viticoles.
Ce dossier a été très formateur. Il nous a permis de comprendre l’importance de l’échelon européen sur certains sujets : une chose est sûre, c’est là où tout se joue  ! Ce constat nous a conduits à organiser notre dernier séminaire à Bruxelles afin de découvrir le fonctionnement des institutions européennes, et, surtout, les leviers du lobbying.
Comme je le disais il y a deux ans, et j’en suis intimement convaincu, nous avons la responsabilité de participer aux débats afin de faire avancer les dossiers syndicaux dans le bon sens. C’est donc ce que nous avons fait, au sein de nos différents groupes de travail, en participant activement aux réunions des commissions et du Conseil d’administration du Syndicat, ou bien encore, via nos représentations dans des organismes extérieurs comme la Cdoa, la Safer, l’Adasea, les JA, ou les établissements scolaires.

CV : Lorsque nous vous avions rencontré au lendemain de votre élection, vous nous aviez parlé de votre envie d’intéresser les jeunes viticulteurs à la vie syndicale. Quels constats faites-vous aujourd’hui  ?

SS : Malgré tous les efforts que nous avons pu déployer, je constate une nouvelle fois que les jeunes vignerons semblent peu intéressés par le syndicalisme et par le collectif. Nous avons organisé différentes réunions, utilisé tous les moyens de communication pour les inviter, présenté des débats sur des sujets qui nous semblaient intéressants, mais cela n’a pas fonctionné. Or, il est fondamental, pour notre avenir à tous, que les jeunes s‘intéressent au Syndicat et à ses actions, aux dossiers qu’il défend. Nous en avons les moyens, n’attendons pas d’être au pied du mur pour agir  ! J’invite donc tous les jeunes vignerons, et les moins jeunes d’ailleurs, à être dynamiques dans leur section locale, à venir aux réunions organisées par le GDJ et même en devenir administrateur (voir encadré). C’est une belle expérience qui apporte une réelle ouverture d’esprit.

CV : Est-ce cette ouverture d’esprit que vous retenez de votre investissement au sein du GDJ ?

SS : C’est certain. D’un point de vue professionnel et personnel, le GDJ m’a beaucoup apporté, et ce, bien avant que j’en devienne président. Je n’aurais jamais rencontré autant de personnes intéressantes et issues de différents horizons, ni acquis autant de connaissances enrichissantes si je n’avais pas été membre actif du GDJ. Même si l’on ne partage pas tout le temps les mêmes avis, la présidence m’a appris à respecter ceux des autres et à apprécier les diverses opinions pour défendre les idées des jeunes vignerons.

CV : Vous préparez actuellement l’assemblée générale du Groupe des jeunes. Quels seront les sujets abordés ?

SS : Cette année, le maître mot est «   qualité   ». Même si la Champagne a fait de gros efforts environnementaux, il faut aller encore plus loin, aussi bien sur la qualité intrinsèque du produit que sur sa qualité perçue, son image. Depuis quelques années, la concurrence se fait plus rude, tant en France qu’à l’étranger. Certains vins effervescents s’inspirent de nos règles de production et souhaiteraient même nous dépasser. Le champagne a toujours été leader et doit incontestablement le rester. Et pour cela, nous devons sans cesse nous remettre en question. Certains d’entre nous le font déjà, et ont, pour valoriser leurs efforts, choisi de s’engager dans des labellisations et certifications en tous genres. N’y a-t-il pas là le risque de voir émerger une Champagne à deux vitesses ? La Champagne a toujours avancé d’un seul bloc, c’est ce qui fait sa force et sa renommée. Il faut faire en sorte que cela continue. La Champagne doit-elle continuer à progresser qualitativement ? En avons-nous les moyens ? De quelles manières ? Quels sont les freins ? Ce sont toutes ces questions que nous allons aborder lors de notre prochaine assemblée générale le vendredi 8 mars à 14 h au Centre vinicole – champagne Nicolas Feuillatte.

ASSEMBLÉES SECTORIELLES : DÉBATS ET ÉLECTIONS

Si vous êtes viticulteur et que vous avez entre 18 et 35 ans, vous êtes invité à venir participer à l’assemblée sectorielle spéciale « jeunes   » dans votre secteur. Venez transmettre vos remarques, souhaits, doléances à vos représentants, parler des problèmes que vous rencontrez au quotidien, expliquer ce que vous attendez de votre Syndicat, et débattre des dossiers du moment.
Ces assemblées seront aussi marquées par l’organisation d’élections. Au total, 24 membres élus, soit la moitié du Conseil d’administration seront représentés durant quatre années, ainsi que 25 administrateurs stagiaires, nommés pour deux ans. Les postes sont répartis par région.

SECTEURSDATESLIEUX
Côtes d’Epernay 18 mars Epernay
Vallée de la Marne Ouest 19 mars Essômes-sur-Marne
Vallée de la Marne 20 mars Binson-et-Orquigny
Grande Montagne 21 mars Mailly
Côte des Bar 22 mars Bar-sur-Seine
Côtes des Blancs 25 mars Chouilly
Congy Sézanne Vitry 26 mars Baye
Grande Vallée 27 mars Cumières
Secteur Ouest 28 mars Trigny

Informations compl�mentaires :

Contact : pôle syndical SGV, 03 26 59 55 21, eas sgv-champagne.fr


Haut de page