La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

30 avril 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Patrick Gratiot : « Nous devons rendre nos marques désirables  »
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 7 juillet 2014

Patrick Gratiot : « Nous devons rendre nos marques désirables  »

Président de la Covama-champagne Pannier à Château-Thierry, Patrick Gratiot dresse un bilan tout à fait satisfaisant de l’exercice 2013.

La Champagne Viticole  : Patrick Gratiot, la coopérative que vous présidez a tenu son assemblée générale le 7 mai. Comment jugez-vous l’exercice 2013  ?

Patrick Gratiot  : Dans un contexte économique mondial qui est resté difficile en 2013, la Covama présente de bons résultats, que l’on peut traduire par quelques chiffres : 5,1 millions de bouteilles tirées, 3 millions de bouteilles dégorgées et 3 millions d’habillées  ; un chiffre d’affaires stable par rapport à 2012 à 49,1 millions d’euros, et un résultat de 1,9 millions d’euros. On peut souligner aussi — et peut-être surtout  ! — que la Covama dispose d’une structure financière extrêmement solide avec plus de 66 millions d’euros de fonds propres. Enfin, nous avons battu notre record historique de sociétaires avec 445 adhérents, soit + 4 %, pour près de 700 hectares d’approvisionnements collectés.

CV  : Quelles actions majeures peut-on mettre en exergue au titre de l’année écoulée  ?

PG  : Je crois qu’il faut citer les succès obtenus dans le cadre de notre démarche qualité. En effet, notre site de production de Château-Thierry a été certifié ISO 22 000 en septembre. Cette certification majeure, reconnue dans le monde entier, garantit la sécurité alimentaire de notre production.
Par ailleurs, grâce à une politique environnementale développée depuis plusieurs années, la Covama a atteint, en 2013, le taux de 98,5 % pour ses déchets recyclés dans des filières de retraitement ou de valorisation.

CV  : Comment se porte la marque Pannier  ?

PG  : Elle se porte bien puisque nous avons commercialisé 420 000 bouteilles en 2013, dont 50 % à l’exportation, et uniquement dans les circuits «  sélectifs  »  : restauration, cavistes, particuliers. Notons également que durant des périodes de quatre mois, dès cette année, mais également en 2015 et en 2016, le champagne Pannier sera servi à bord des avions de la compagnie Air France.
Mais il faut évoquer aussi à ce sujet les marques d’Alliance Champagne. En effet, l’union de la Covama, de la Cogevi et de l’Union Auboise a commercialisé 7,7 millions de bouteilles et enregistre de fortes progressions avec Jacquart, + 9 % au grand export, et Montaudon, + 66 % au grand export, mais surtout + 24 % de ventes en 2013 avec 1,9 millions de bouteilles, soit un doublement de volume par rapport à novembre 2010, date du rachat de la marque par Alliance Champagne.

CV  : L’avenir se présente donc sous les meilleurs auspices  ?

PG  : En tout cas, il faut envisager l’avenir avec optimisme, tout en sachant que rien n’est jamais acquis. Nous devons bien évidemment continuer à investir dans nos marques, les rendre «  désirables  » et recherchées par les prescripteurs et les consommateurs. Le développement des champagnes Pannier, Jacquart et Montaudon est le garant de notre indépendance et le pilier de notre croissance future, au service de nos adhérents.
En outre, les marques du vignoble doivent continuer à progresser pour repositionner les ventes du vignoble à 33 % des ventes totales de la Champagne, chiffre admis par le SGV comme facteur d’équilibre entre le vignoble et le négoce.



Haut de page