La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

27 juin 2017 accueil Accueil >  Portrait  > Christian Jojot, président de la cave coopérative des Riceys
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Portrait

Article publié le 3 juillet 2012

Christian Jojot, président de la cave coopérative des Riceys

« Nous devons être fiers d’un si bel héritage »

90 ans ! La cave coopérative des Riceys est l’une des plus anciennes coopératives champenoises à pouvoir afficher cet âge honorable. Suite à sa récente assemblée générale, nous avons rencontré Christian Jojot, son président.

Champagne Viticole : Que vous inspire cet anniversaire, qui vous place à la tête de l’une des plus anciennes coopératives de la Champagne ?

Christian Jojot : Je rends tout d’abord hommage à nos fondateurs. Ils ont fait un formidable acte de foi en l’avenir de notre vignoble et de celui du champagne. La création d’une coopérative était prévue dans les statuts du syndicat des Riceys, qui est né en 1912. Il faudra attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour qu’en 1922 naisse la cave coopérative des Riceys. Cette naissance se fait en pleine période des nombreux procès qui ont jalonné l’histoire mouvementée de notre appellation, et avant sa reconnaissance en 1927 pour l’Aube.

On ne peut pas imaginer aujourd’hui la puissance des convictions qui ont animé nos fondateurs. Les recherches que nous avons demandées à Serge et Claudine Wolikow, historiens bien connus, et Sébastien Ressencourt, doctorant en histoire contemporaine, nous ont appris que notre coopérative a été le théâtre d’un événement important. Elle a été l’une des deux seules visites que la fameuse Commission des boissons a fait dans le Barséquanais en décembre 1926, après avoir rencontré 200 délégués du vignoble aubois à l’hôtel de ville de Troyes. C’est donc avec cette fierté d’un bel héritage, dont nous devons être dignes, que nous fêterons cet anniversaire.

Celui-ci coïncide avec un autre événement, qui nous rend doublement heureux. En effet, 2012 a été décrétée par l’ONU « année internationale des coopératives ». Cela nous place ainsi au cœur d’une année qui tend à démontrer que le modèle coopératif est résolument fiable, moderne et au service des hommes et de l’économie des territoires.

C.V. : A ce propos, comment se présente aujourd’hui la cave coopérative des Riceys ? Quels sont ses projets ?

C.J. : Nous nous appuyons sur une cinquantaine d’adhérents avec une surface engagée de 82 ha. Les ventes sous notre marque Marquis de Pomereuil, ont représenté plus de 65 000 bouteilles, soit 5 % de moins qu’en 2010, mais avec un prix moyen en hausse de 2,3  %. La répartition de nos engagements se caractérise par un lien très étroit avec l’Union Auboise, représentant 77,7  % de ceux-ci (y compris le contrat négoce), suit 13,5  % conservés par la cave puis 8,8 % pour les adhérents. Notre chiffre d’affaires est de l’ordre de 6,3 millions d’euros et notre dernier exercice affiche un résultat net de 168 000 euros.

Quant à nos projets, après avoir investi dans un nouveau pressoir de 12 000 kg et développé les performances de notre cuverie, qui compte près de 12 000 hl de cuves thermo-régulées et 1 000 hl de cuverie de macération, nous allons investir dans l’agrément de l’accueil et les aménagements paysagers.

Cependant, notre projet fondamental, déjà validé par notre conseil d’administration, s’appuie sur le renouvellement de notre confiance et de notre fidélité à l’Union Auboise pour les cinq ans à venir. Nous considérons qu’il est très important de rester groupés et solidaires. Nous sommes, en tout cas, complètement en phase avec le nouveau plan à cinq ans décidé par le conseil de l’Union Auboise, plan qui doit nous conduire à plus d’autonomie et de création de valeur par le développement de nos marques propres : Devaux, Jacquart et, depuis peu, Montaudon. Cela demande sans doute un peu de patience, mais comparativement, les raisonnements à court terme sont bien souvent suicidaires. La voie de la raison nous incite à rester solidaires et à cultiver avec sérénité les valeurs que nos 90 ans nous ont apportées.

C.V. : Qu’avez-vous prévu pour marquer cet anniversaire ?

C.J. : Il sera fêté le 29 juin prochain, avec le concours de Serge et Claudine Wolikow, et Sébastien Ressencourt. Les 21 et 22 juillet, la cave coopérative ouvrira ses portes avec de nombreuses animations et à l’automne, sera organisé un cycle de trois conférences portant sur l’histoire du vignoble des Riceys et de notre coopérative. Le 29 juin, la présentation historique s’accompagnera de témoignages, documents, film, etc. Elle sera suivie d’une soirée festive réunissant adhérents et partenaires de la coopérative. Par ailleurs, nous lancerons une nouvelle cuvée blanc de noirs 100 % terroir des Riceys et présenterons le nouvel habillage de notre gamme Marquis de Pomereuil.



Haut de page