La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

11 décembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 20 février 2009

Edito

Conservons notre ligne de conduite

Même si les chiffres exacts ne sont pas encore connus, nous disposons aujourd’hui d’une première approche des expéditions de la campagne 2008 qui nous permet de tirer quelques conclusions : - 4,5 % de baisse en volume, ce qui nous mène aux alentours de 320 millions de bouteilles vendues. Les prix de vente s’étant maintenus, le chiffre d’affaires global diminue mais, modérément, après trois années de forte expansion. Dans l’ensemble, nous sommes sur les niveaux de 2006.

Pas de panique en Champagne donc, pour le moment.

Une fois établi ce constat du passé, l’enjeu évident est d’envisager l’avenir. Mais, comme disait Pierre Dac, la prévision est un art difficile… surtout quand il s’agit d’avenir. Il n’y a pas de scénario tout fait de ce qui va se passer en 2009.

Compte tenu de la situation économique sur la plupart des grands marchés du champagne, on peut penser que les premiers chiffres de l’année 2009 seront en baisse par rapport à l’an dernier. Nous en avons tous conscience.

Dans la durée, il est évident que la santé de notre économie est directement liée à l’évolution de l’économie mondiale. Quand celle-ci repartira-t-elle ? C’est une question à laquelle personne ne peut répondre vraiment aujourd’hui.

Par ailleurs, la parité des monnaies jouera sans doute beaucoup dans nos échanges commerciaux.

En attendant, que pouvons-nous faire de mieux que conserver notre ligne de conduite, avec sérieux et persévérance ? Produire des raisins et des vins de qualité, nous investir sur les enjeux difficiles mais prioritaires de développement durable, gérer nos exploitations en bons pères de famille, travailler nos démarches commerciales et marketing en cohérence avec l’image de l’appellation Champagne, tout cela dans le respect de nos consommateurs.

Nous avons des atouts :

  • Le champagne est un produit demandé car, même dans une ambiance morose, les gens ont envie de fêtes et de célébrations.
  • Nous avons rentré une superbe vendange, qui servira la qualité de nos vins.
  • Les décisions économiques que nous avons prises en 2008 (organisation interprofessionnelle, gestion de la réserve individuelle…) sont des supports rassurants pour une bonne gestion de notre filière.
  • Et les banquiers qui nous appuient se sont engagés à continuer de nous accompagner en 2009, notamment pour le financement des stocks, comme ils l’ont toujours fait.

Et enfin, en cette année de centenaire de La Champagne Viticole, n’oublions pas le mot d’ordre des précurseurs qui ont fondé le SGV : l’union fait la force ! Alors ne nous dispersons pas dans des querelles de clochers.

Pour finir, je citerai Churchill, qui disait avec une grande sagesse : Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. Les Champenois sont vigilants et prudents… mais résolument optimistes.


Haut de page