La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 15 juillet 2008

Edito

On n’a pas tous les jours 100 ans

L’histoire de l’appellation Champagne a commencé officiellement il y a 100 ans, avec la première délimitation. L’an prochain, en 2009, c’est NOTRE journal, La Champagne Viticole, qui fêtera son centième anniversaire.

Ce que sera La Champagne Viticole  : tel est le titre d’un article que l’on peut lire en page une du tout premier numéro, paru le 22 janvier 1909. À l’époque, pour le jeune syndicat des vignerons, l’enjeu était la lutte contre la fraude mise en œuvre par un certain négoce « malhonnête » dans un contexte de misère  : il fallait alors créer un dispositif de suivi des vins (déclaration de récolte et suivi des mouvements) pour pouvoir identifier les vins venus d’ailleurs et assurer ainsi la protection des vignerons de Champagne. Seuls les raisins issus de la zone délimitée, et eux seuls, devaient servir à élaborer du champagne.

Dans ce contexte, pour ses fondateurs, La Champagne Viticole devait être LE JOURNAL DES VIGNERONS DE CHAMPAGNE. Celui qui allait créer un lien de solidarité entre les diverses régions du vignoble, unir les viticulteurs pour les rendre plus forts, entretenir dans le temps la puissance du sentiment de groupe, cette force morale du nombre qui a fait autant que notre bon droit.

Les choses ont beaucoup changé depuis cette époque où furent posées les fondations de notre organisation champenoise. Le syndicat des vignerons s’est adapté et a développé ses missions au fil des décennies pour tenir compte des besoins des exploitations. Il n’a pas perdu de vue pour autant ses objectifs initiaux  :

  • défendre l’AOC, patrimoine collectif des vignerons,
  • instaurer et pérenniser, face au négoce, un rapport de force équilibré permettant d’instaurer un partage de la valeur ajoutée de l’appellation entre producteurs de raisins et vendeurs de champagne.

La Champagne Viticole a également beaucoup évolué, dans la forme comme dans le fond. Elle a su s’adapter aux évolutions du monde, aux nouvelles technologies. Autrefois exclusivement véhicule de l’information syndicale elle est devenue aussi vectrice d’informations pratiques, techniques, juridiques… pour répondre aux besoins des chefs d’exploitation confrontés à la multiplication des réglementations et des normes. Notre Champagne Viticole a beaucoup changé, mais elle a su conserver le sens qu’avaient voulu lui donner ses fondateurs. Elle est toujours  :

  • un lien entre le syndicat et les vignerons,
  • et le lien entre les vignerons de Champagne.

Depuis 100 ans, elle n’a pas oublié que l’objectif fondamental qui lui était conféré était d’informer les viticulteurs, de les unir en permanence autour des grands enjeux de leur profession, et de véhiculer, en Champagne comme à l’extérieur, l’image d’une profession organisée et reconnue. Le journal a changé mais son crédo reste le même  : INFORMER et UNIR.

Autrefois l’enjeu était de construire l’AOC, aujourd’hui, il est de pérenniser ce qui a été construit  : la conscience d’être une profession à part entière, avec ses problématiques propres, ses intérêts communs et ses devoirs collectifs.

La Champagne Viticole a été, reste et doit rester ce merveilleux outil au service de notre conscience collective. Son centième anniversaire sera aussi l’occasion de fêter, ensemble, une collectivité qui n’existait pas il y a 102 ans : celle des vignerons de Champagne.

Patrick Le Brun, Président du SGV

Haut de page