La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

24 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 4 avril 2008

Edito

Un projet tourné vers l’avenir

Le 13 mars dernier, le comité national de l’INAO a validé, à l’unanimité, le projet de révision de l’aire géographique de l’AOC Champagne qui lui était proposé par la commission d’enquête et la commission d’experts.

Ce projet a été présenté en deux parties. D’abord, les critères définis par les experts pour servir de base au travail de délimitation communale. Ensuite, le projet de nouvelle aire géographique sous la forme d’une liste de communes retenues et d’une liste de communes exclues de l’aire géographique.

Lorsque ce projet d’aire géographique sera définitivement validé, d’ici fin 2008 à début 2009, c’est une page historique de l’histoire du champagne qui sera tournée. En effet, notre aire géographique actuelle a plus de 80 ans.

C’est un dossier très lourd, que l’INAO mènera dans le cadre d’une procédure garantissant la rigueur et la qualité du travail effectué. C’est la délimitation du champagne  : tout doit être impeccable, justifié, argumenté, et si possible inattaquable. Pour les vignerons, pour le négoce, pour l’INAO, l’enjeu est de préserver dans le temps la qualité et la spécificité de notre production  : rien ne devra être fait qui puisse les remettre en cause.

C’est dans cet esprit que la commission d’enquête et la commission d’experts ont travaillé. Et l’ensemble des instances consultées sur leur travail, le conseil d’administration du SGV, le comité régional de l’INAO puis le comité national, ont reconnu la qualité du rapport qui leur a été présenté.

L’aire géographique initiale comporte 634 communes, dont 319 en zone de production. Le projet comporte 675 communes, sur lesquelles ils ont retenu 357 communes ayant potentiellement des terroirs aptes à porter de la vigne.

Le travail de délimitation communale se poursuivra pendant un an, avant que commence l’étape de la révision des terrains classés. Il faudra des années pour aboutir  : en effet, l’INAO nous annonce un premier projet de délimitation parcellaire pour 2014. Pas avant. Mais le temps est une garantie de la qualité du travail qui sera réalisé. C’est le prix à payer pour préserver l’image du champagne.

L’INAO poursuivra son travail de délimitation en toute indépendance. De son côté, le SGV veillera à informer et accompagner ses adhérents à chaque étape de la procédure. Ce chantier, très lourd d’enjeux, doit en effet être mené avec transparence et le plus de sérénité possible, car le monde entier nous regarde. Le nombre incroyable de sollicitations des médias de tous pays, le 13 mars dernier, atteste de l’incroyable attrait du champagne.

Nous devons à tout prix préserver cet atout. Et pour cela, chacun d’entre nous doit comprendre que la re-délimitation doit se faire avec rigueur. Et sans vagues. Comme Talleyrand disait à son cocher  : Doucement, je suis pressé…

Patrick Le Brun, Président du SGV

Haut de page