La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 12 mars 2008

Edito

Il est urgent d’être prudent

338 707 192 bouteilles – exactement – ont été vendues par la Champagne. 2007 marque ainsi le record historique des expéditions, en volume comme en chiffre d’affaires.

Comme il y a 17 ans, en 1990, nous surfons sur le haut de la vague de la prospérité, avec une certaine insouciance pour les uns, avec un soupçon d’inquiétude pour les autres face aux turbulences qui s’affirment et se confirment aux niveaux boursier, monétaire et économique dans les pays développés.

Des marchés qui augmentent trop vite par rapport aux limites du potentiel de production, une demande trop forte qui génère des surenchères en série dans un contexte économique international tumultueux… c’est dangereux.

Personne ne sait de quoi demain sera fait. S’il y a une récession économique au niveau international, nous n’y pourrons rien. Nous en subirons les effets, car il y a des facteurs externes sur lesquels nous n’avons aucune prise.

En revanche, nous pourrions éviter de jouer avec le feu à l’intérieur de notre vignoble. Continuer à augmenter les coûts et les prix quand on redoute l’approche d’un reflux économique n’est pas forcément judicieux… Nos choix économiques personnels pèsent toujours sur l’économie de la Champagne.

Dès lors, attention ! Que l’on soit vigneron, coopérative, négociant ou courtier, il est urgent d’être prudent. N’alimentons pas les surenchères inconsidérées, ni sur le prix du raisin, ni sur le prix des vins clairs, ni sur les bouteilles sur lattes, ni sur les marchés du champagne, ni même sur le foncier. Ce n’est pas le moment.

Il n’y a pas lieu d’être alarmiste. Simplement vigilants et sages face aux clignotants qui s’allument.

  • Évitons de nous croire invincibles.
  • Observons avec tranquillité l’évolution de l’économie, des marchés… et de la météo d’ici la prochaine vendange.
  • Et concentrons nos efforts sur la mise en place d’un partenariat interprofessionnel renouvelé, qui permettra à notre appellation et à ses opérateurs de faire face aux risques économiques. Risques que nous savons réels, que les marchés continuent de s’envoler trop vite ou qu’il y ait une récession plus rapide que prévue à cause d’une crise économique.

    Je vous donne rendez-vous à l’assemblée générale de votre syndicat, le 28 mars prochain à la salle des fêtes d’Épernay. Nous y débattrons des mesures à mettre en œuvre pour passer ensemble, au mieux, le cap des 10 années à venir.

    Patrick Le Brun, Président du SGV

  • Haut de page