La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

26 mai 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 6 août 2014

Edito

Un volume raisonnable dans un contexte de crise économique

C’est dans un contexte économique incertain, celui d’une crise toujours inachevée, que le Bureau exécutif du CIVC s’est réuni le 16 juillet afin de définir le niveau de mise en marché pour la campagne 2014-2015.

Cette année, malgré cette morosité ambiante, le vignoble était demandeur d’un peu plus de volumes tant au regard de la légère reprise du marché constatée depuis quelques mois, que du beau potentiel de récolte qui est dans nos vignes.

La négociation au Bureau exécutif du Comité Champagne nous a confrontés à un négoce peu optimiste par rapport aux perspectives économiques. Et nous avons finalement conclu sur un compromis  : 10 100 kg de récolte disponible plus 400 kg débloqués.

Nous avons aussi obtenu la possibilité de libérer 100 kg de plus, si les ventes de l’année 2014 dépassent le seuil de 307 millions de bouteilles.

Au regard de la conjoncture, c’est donc une décision raisonnable et qui répond à un double objectif  :

  • Celui de ne pas alourdir le stock global de la filière. En effet, l’histoire a toujours montré qu’un stock trop important se retourne systématiquement contre les vignerons  ;
  • Ensuite, la volonté de limiter les à-coups économiques trop importants. Pour nos exploitations, il vaut mieux deux fois 10 500 kg/ha qu’un classement surévalué suivi, par contrecoup, d’un classement trop bas.

En attendant la confirmation de la reprise économique, toujours annoncée et toujours reportée, nous avons privilégié la prudence.

Mais prudence ne veut pas dire pessimisme  : restons sereins, gérons notre appellation et nos exploitations au mieux en fonction de la conjoncture actuelle, préparons la vendange et restons ambitieux pour l’image du champagne. La campagne viticole s’est déroulée sans problème majeur, nos vignes sont saines et le potentiel de récolte est superbe.

Je vous donne rendez-vous en septembre, pour rentrer la belle vendange espérée. N’oublions pas, aussi, que la vendange champenoise est symbolique et médiatisée. Son image doit être à la hauteur de notre appellation. À ce titre, nous avons le devoir de tout mettre en œuvre pour que les complexités et les difficultés de la gestion sociale ne la ternissent pas.

D’ici là, je vous souhaite de bonnes vacances  !

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page