La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

25 avril 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 30 juillet 2014

Edito

Loi Evin : restons sur nos gardes !

Après un printemps clément, l’été se montre chaleureux. Au terme d’une campagne viticole particulièrement sereine, le potentiel de récolte est intact, sain, prometteur. Une belle vendange se prépare dans les vignes. Espérons que le ciel restera aussi bienveillant en juillet et en août car, dans notre vignoble, rien n’est jamais gagné d’avance. Le climat peut toujours nous réserver des surprises… bonnes ou mauvaises.

La météo économique reste, pour sa part, incertaine. L’horizon ne s’éclaircit pas franchement : la Banque mondiale vient de réviser ses prévisions de croissance à la baisse et nous constatons par nous-mêmes que les marchés sont, globalement, plutôt difficiles. C’est un élément qu’il faudra prendre en compte dans les prochaines décisions de vendange.

Notre environnement réglementaire reste, quant à lui, franchement menaçant, envers et malgré toutes les promesses qui ont pu être faites. Je pense en particulier au nouveau projet de loi de santé publique qui va être présenté en juillet. Pour l’instant, nous ignorons son contenu, mais il est fort probable que quelques « lapins noirs » ne manqueront pas de sortir du chapeau…

En septembre 2013, après la mobilisation de la filière viticole, la proposition de restriction de la publicité du vin sur Internet avait été supprimée des préconisations de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT). Toutefois, dès février, la mesure a resurgit inopinément dans le plan cancer.

Lorsqu’il y a incompréhension, l’échange est la meilleure solution. Malheureusement, le Conseil de la modération et de la prévention, seule instance de dialogue entre la filière et les acteurs de la santé a été supprimé. … sans explication ! Et les demandes de rendez-vous de Vin & Société n’ont pas permis d’en savoir plus sur ce qui se prépare.

Cette absence de concertation est inquiétante et nous oblige à communiquer. Un site de débats va être mis en ligne, dédié aux difficultés d’application des règles floues qui encadrent la communication sur le vin. Son objectif sera de faire de la pédagogie et de recueillir des contributions de personnalités de tous horizons (journalistes, politiques, sociologues, artistes, professionnels du vin…)

Si nous voulons avoir une chance de peser dans le débat, nous devons nous mettre en ordre de bataille. La sensibilisation des élus, en particulier des parlementaires, est une nécessité. Ils doivent être informés des problèmes concrets que nous rencontrons avec la loi Evin. Ils doivent savoir que certains journaux ont été condamnés pour avoir simplement publié — à leur initiative — des articles positifs sur le vin.

La définition de la publicité doit être clarifiée. Il faut que nous sachions quels messages nous pouvons diffuser. Et il est inimaginable que nous ne puissions pas être présents sur Internet. Pour espérer obtenir des résultats, deux seuls mots d’ordre : unité et mobilisation.

Je vous attends donc nombreux au Palais des fêtes d’Epernay, le 8 juillet, pour parler de la vendange et de la loi Evin.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page