La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 novembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 16 avril 2014

Edito

« Merde à la déprime » (*)

L’invité de notre assemblée de printemps, Jacques Séguéla, l‘affirme dans son livre  : « L’avenir appartient aux optimistes ».

Non seulement, je partage cette assertion mais j’y ajouterai deux maximes qui illustrent cet état d’esprit  :

– la première note que « l’optimiste a inventé l’avion, le pessimiste le parachute »  ;

– la seconde dit que « les faibles ont des problèmes, les forts des solutions ».

Ces propos caractérisent le modèle que je souhaite développer avec vous, pour l’avenir de notre région et surtout de notre produit : le champagne. Un modèle basé sur la force et l’optimisme.

Seul, je ne ferai rien. Ensemble, tout est possible. Il est donc primordial de préserver le collectif, en utilisant tous les leviers disponibles.

Le cumul de nos forces et notre action collective permettront de maintenir notre produit sur la première marche. Sachons rester optimistes sur notre destinée : nous en avons les moyens techniques, humains et financiers. Nous avons toutes les cartes en mains. Sachons les jouer !

Aujourd’hui, dans nos projets « Vignoble » et « Champagne 2030 », trois axes sont ouverts à la réflexion :

– la validation très prochaine de notre référentiel « viticulture durable en Champagne » pour promouvoir et valoriser les meilleures pratiques ;

– la valorisation du nom « champagne » dans une communication internationale ;

– l’éradication des champagnes à bas prix qui banalisent notre appellation, détruisent notre notoriété et ruinent notre image.

Une fois les réponses apportées à ces trois enjeux, un grand pas sera franchi.

Je compte sur chacun de vous pour participer et enrichir ces réflexions stratégiques. Il en va de notre avenir et de celui de nos héritiers.


Informations compl�mentaires :

(*) Titre du dernier livre de Jacques Séguéla.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page