La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

22 juillet 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 15 mars 2014

Edito

« Oui » au collectif et à l’optimisme  !

Pour votre Syndicat, février a été rythmé par les traditionnelles réunions régionales d’hiver. Dix réunions passionnantes qui ont mobilisé plus de 700 viticulteurs, riches de débats et d’échanges sur les dossiers syndicaux, les enjeux de notre profession et les contraintes du métier.

Ces rencontres, qui étaient électives, ont reconduit 15 administrateurs et en ont élu 10 nouveaux  : un renouvellement significatif ! Des jeunes se sont présentés, tous n’ont pas été élus mais cette dynamique électorale témoigne de la vitalité de notre Syndicat.

Lors du conseil d’administration électif du 20 février, j’ai sollicité un nouveau mandat à la présidence du SGV.

Réélu pour deux ans, je veux orienter l’action du SGV autour de deux axes. Deux priorités fondamentales que nous ne devons pas perdre de vue, malgré la pression quotidienne liée à l’afflux des contraintes  :

  • L’intérêt collectif  : dans notre société, l’individualisme l’emporte souvent. Or, la Champagne a toujours organisé sa réussite sur le collectif. Ce modèle s’affaiblit. Dans l’intérêt de tous… et de chacun, il faut redonner du sens et remettre en avant les atouts d’une démarche collective, et ne pas penser qu’elle ne génère que des contraintes individuelles  ! Notre avenir en tant que vigneron de Champagne en dépend.
  • L’exploitation : la préparation de ma propre transmission m’a permis, à nouveau, de prendre très concrètement la mesure des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes pour reprendre, conserver et développer une exploitation. Sans une action stratégique forte, cohérente et persévérante, l’exploitation familiale disparaîtra peu à peu du paysage champenois. Le métier même de vigneron est fragilisé.

Ces deux enjeux nous concernent tous. Sans l’unité du vignoble, sans l’implication des vignerons pour relever les défis d’avenir, le SGV ne peut rien. Avec le projet Vignoble, nous avons un enjeu collectif à porter ensemble !

Notre prochain rendez-vous syndical sera l’assemblée générale du 4 avril prochain. Elle sera l’occasion de fêter les 110 ans du Syndicat… sous le signe de l’optimisme !

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page