La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juin 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 15 octobre 2013

Edito

Prenons en main notre avenir

À peine l’été terminé, les vignerons français découvraient les projets du Gouvernement en matière de fiscalité et de communication sur le vin.

Après l’augmentation des charges, notamment sociales et patronales, c’est à se demander si l’objectif n’est pas de nous dissuader de produire du vin.

Je vous rappelle les 5 mesures envisagées :

  • Interdiction de parler du vin sur Internet.
  • Interdiction de parler positivement du vin dans les médias.
  • Taxation du vin au nom de la santé publique.
  • Radicalisation du message sanitaire.
  • Durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes.

Alors que la filière vitivinicole reste le second secteur d’exportation et rapporte 7,6 milliards d’euros à la France et qu’elle représente plus de 500 000 emplois, le Gouvernement semble désormais désigner le vin comme l’ennemi public numéro 1 !

Au sein de Vin et Société, votre Syndicat milite depuis toujours en faveur de l’éducation et de la prévention. Aussi, nous refusons que la communication sur le vin en soit réduite à son contenu en unités d’alcool.

Tous unis, les acteurs de la filière ont demandé l’abandon de ces mesures. Ils demandent aussi la création d’une instance interministérielle dédiée au vin afin de favoriser le dialogue avec les pouvoirs publics. Quelques voix dissonantes au sein du Gouvernement tendent d’ailleurs à prouver que notre action est légitime et que tout est encore jouable (voir l’interview du ministre de l’Agriculture page 40).

Le SGV vous invite à vous mobiliser pour relayer la campagne « cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr » par tous les moyens : visites clients, Facebook, sites internet, Twitter.

La loi Évin a déjà fait tellement de dégâts… Nous ne pouvons plus continuer à nous laisser imposer, sans rien dire, des mesures aussi dangereuses pour notre économie et pour l’avenir de notre métier. Une fois de plus, le nombre faisant la force, nous comptons sur chacun de vous pour vous mobiliser.

Le 5 novembre prochain, votre Syndicat organise son Assemblée d’automne. Nous avons saisi l’occasion d’une actualité « brûlante » et choisi la loi d’avenir agricole comme thème majeur.

Le SGV a travaillé sur des propositions visant à répondre aux objectifs de performance affichés en matière d’emploi, d’environnement et de compétitivité économique.

Près de vingt propositions concrètes ont été formulées par le Syndicat autour de 4 grands axes :

  • Alléger le poids du foncier pour les exploitants en améliorant l’attractivité des solutions de portage et des baux ruraux.
  • Dynamiser l’exportation directe en levant les obstacles au commerce intracommunautaire à destination des particuliers.
  • Faciliter l’investissement en diminuant l’impôt sur les sociétés pour les petites entreprises.
  • Simplifier le contrôle des structures afin de préserver un tissu dense d’exploitations viables.

Autant de propositions qui confortent la politique promue par votre Syndicat en faveur de l’emploi, de l’environnement et de la compétitivité des exploitations.

Entrer dans le débat est une opportunité pour faire entendre nos revendications et anticiper sur de nouvelles réglementations absurdes. Je souhaite que tous ensemble nous puissions échanger sur ce sujet.
Avec votre Syndicat, prenez votre avenir en main, venez participer nombreux à cette Assemblée générale au Palais des Fêtes à partir de 16 h.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page