La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

21 août 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 17 juin 2013

Edito

Forts, Fiers et Fidèles !

À l’heure où j’écris cet édito, des mots marquent mon état d’esprit. Météo. Moral. Marchés.

M. comme météo. Si les conditions climatiques sont difficiles, elles sont à ce jour sans conséquence dommageable sur les vignes. Toutefois, espérons que le temps s’améliore afin de préserver le potentiel de récolte.
M. comme moral. Empreint de grisaille, notre moral est de la couleur du ciel. M. comme marchés. Cumulée à celle de 2012, la baisse des ventes de ces derniers mois est désormais très sensible et ne peut être ignorée. Elle devra être prise en compte lors des prochaines négociations du rendement à la vendange. J’en profite d’ailleurs pour vous indiquer que le Bureau exécutif du CIVC, au cours duquel seront négociées les modalités de la récolte, se tiendra le 22 juillet après-midi.

Malgré ce contexte déprimant, nous devons garder un œil sur l’avenir, et en particulier sur le renouvellement des contrats interprofessionnels pluriannuels.
L’échéance de cette négociation – mars 2014 au plus tard – peut vous paraître éloignée, mais vous savez, comme moi, que le raisin est une matière prisée, très prisée.
Depuis plusieurs mois, nombre de vignerons et coopératives sont démarchés, et se voient proposés d’alléchantes conditions en échange de leur engagement ou leur réengagement immédiat avec les maisons de négoce.

Je n’aurais qu’un message à transmettre  :

NE SIGNEZ RIEN  !

Tant que votre contrat n’est pas arrivé à échéance, vous ne risquez rien (vos raisins sont engagés pour la durée stipulée dans votre contrat). Le SGV a lancé un travail d’instruction qui se poursuivra jusqu’au printemps prochain afin  :

  • d’évaluer les surfaces en jeu jusqu’en 2014  ;
  • de s’assurer que les clauses de ces contrats de vente de raisins sont toujours en phase avec les objectifs et les enjeux du Vignoble  ;
  • d’établir les conditions d’une nouvelle organisation de marché des raisins compatible avec la situation économique.

Rappelez-vous en 2007  : partant du constat que le cadre contractuel n’était plus adapté et facilitait les dérives, le SGV avait identifié des points d’amélioration. A l’époque, la situation était telle que le SGV avait même parlé de «  contrats illicites   ».
Un travail de longue haleine, mené conjointement par le SGV et l’Union des maisons de Champagne, avait alors abouti à la mise en place d’un nouveau dispositif contractuel entre vignoble et négoce.

Si les contrats signés à l’époque arrivent prochainement à échéance, ce n’est surtout pas une raison pour céder à la précipitation. Au contraire.

Voici le calendrier que vous propose votre Syndicat pour ces prochains mois  :

  • fin juin  : réflexion dans les sections locales et transmission des vœux des sections au SGV  ;
  • échanges lors des réunions régionales du mois de juillet (voir page 7)  ;
  • puis, travail concerté avec nos partenaires du négoce  ;
  • proposition d’une nouvelle organisation interprofessionnelle au printemps 2014  ;
  • à la vendange 2014  : application des nouvelles règles applicables aux contrats pluriannuels et ponctuels, pour une durée à définir au niveau interprofessionnel.

D’ici là, chaque hectare réengagé pour une période longue ou dans des conditions douteuses, affaiblit la représentativité de votre Syndicat et sa capacité à peser sur cette négociation pour vous garantir les meilleures conditions contractuelles.

Surtout, si dans les prochaines semaines, un opérateur vous tend un stylo, rappelez-vous : il n’y a pas d’urgence ! Attendez que le cadre des nouveaux accords soit validé au CIVC  !
Votre signature engage votre avenir et, plus globalement, l’avenir de votre profession.

Restons Forts ensemble, Fiers de notre Syndicat et Fidèles à nos valeurs !

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page