La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

25 septembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 16 avril 2013

Edito

Attaques contre le vin : nous avons tous un rôle à jouer

Notre filière a subi des attaques virulentes ces dernières semaines. Les spiritueux se sont exprimés médiatiquement pour demander une réévaluation de notre taxation, et plusieurs études au contenu contestable ont été publiées (nombre de décès liés à l’alcool…). Certains ont profité de cette exposition médiatique pour demander une hausse de notre fiscalité.

Vin & Société a réagi et reprendra la parole très bientôt pour rappeler le travail de fond mené (recensement de 869 études et non d’une seule) pour mesurer objectivement les bénéfices d’une consommation mesurée de vin sur la santé.

Le calendrier législatif à venir (plan cancer, loi de consommation, loi de santé publique…) va exposer de nouveau notre filière.
Les prises de position récentes et extrêmes  : recommandation de l’abstinence, demande d’une baisse des repères à 0,5 verre par jour… sont inefficaces et inacceptables, car elles stigmatisent la consommation responsable que nous défendons tous au travers de Vin & Société.

La filière se doit de s’opposer à toute fiscalité dite «  comportementale  » en refusant tout lien entre taxation et santé. De nombreux exemples attestent que la taxation n’a jamais été la solution pour lutter contre les excès.

Il faut également rappeler que nous sommes le seul pays européen producteur de vin à payer des droits de circulation. À un moment où la compétitivité de notre filière doit être préservée et où nous annonçons de belles performances export, il est urgent de rappeler que les 500 000 emplois de notre filière ne sont pas délocalisables et que notre ancrage local est un formidable soutien à l’activité de 17 régions viticoles françaises.

Nous allons devoir nous mobiliser fortement dans les prochaines semaines pour répondre à ces attaques. Nous avons tous un rôle à jouer pour faire entendre notre juste et légitime position en sensibilisant, dès à présent, nos élus politiques.

Comme pour les droits de plantation, aux côtés de la Cnaoc et de toutes les organisations professionnelles représentatives, la Champagne est très mobilisée et compte sur chacun de vous.

Pascal Férat, Président du SGVJoël Forgeau, Président de Vin & Société

Haut de page