La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

24 novembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 26 mars 2013

Edito

2013 : et si nous prenions de la hauteur

Dans cet édito, j’aurais pu faire un bilan de l’année écoulée. Vous le savez, 2012 s’est révélée comme une année particulièrement « sportive ».

J’aurais pu vous parler de… la certification des prestataires phytosanitaires, de la baisse des ventes en France, des multiples contraintes réglementaires qui nous assaillent, des PPR, des taxes et prélèvements fiscaux… J’aurais sans aucun doute été amené à vous dresser un bilan à la Prévert, tant la liste est longue.
D’année en année, notre capacité à « ingurgiter  » les contraintes s’étend, à mesure, d’ailleurs, que notre résistance se réduit. Assez logiquement, nous nous retrouvons donc le nez dans le guidon à prendre les problèmes les uns après les autres.

Et si nous profitions de 2013 pour aborder les choses autrement ?

Notre modèle champenois a tant vécu qu’il nous faut certainement l’améliorer et le réadapter aux contraintes actuelles et futures pour garantir notre avenir. C’est le constat que nous avons fait, tous ensemble, au cours de notre assemblée générale, mais aussi à celle de l’AVC.
Nous allons donc écrire la feuille de route d’un nouveau modèle.

Comment ?
Par le travail en cours avec notre « Projet Vignoble  », mais également à l’occasion des réflexions interprofessionnelles menées avec « Champagne 2030 ». En continuant aussi à conjuguer, dans l’intérêt général, les positions individuelles, syndicales et interprofessionnelles. Vous pouvez ainsi mesurer la difficulté de l’exercice. Les intérêts individuels devront être bannis au bénéfice de l’intérêt général, et ce, dans tous les domaines que touche notre activité. Oui, l’ensemble de notre fonctionnement sera revisité et nous devrons être suffisamment unis et déterminés pour écrire cette nouvelle étape de notre Champagne, afin qu’elle reste un exemple et un modèle de réussite.

Faut-il vous rappeler que la meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer ?!

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page