La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 août 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 18 janvier 2013

Edito

De l’intérêt d’être uni pour être entendu

Depuis quelques semaines, nous sentions la conjoncture s’améliorer sur le front de la libéralisation des droits de plantation. Suivant ce dossier au jour le jour, nous recevions de plus en plus de signaux positifs de Bruxelles, notamment du Commissaire Ciolos.
Enfin, le 14 décembre dernier, nous est parvenue la meilleure nouvelle jamais reçue sur ce dossier depuis 2008 : pour la première fois, la Commission a formellement proposé un système de régulation du potentiel de production viticole, applicable dans tous les États membres et pour toutes les catégories de vins.
Ces propositions ont été reprises et validées par les 27 États membres et par les organisations professionnelles européennes, dans le cadre du groupe à haut niveau.

La liberté totale de plantation des vignes votée en 2008 ne s’appliquera donc pas en 2016. Les droits de plantation seront remplacés par un système d’autorisations de plantation encadrées par des critères et gérée par les États membres.

Les conclusions de ce dernier groupe à haut niveau constituent incontestablement une victoire pour la profession viticole. C’est une victoire collective, qui n’aurait jamais pu être emportée sans l’implication complémentaire de tous, en réseau : vignerons européens, élus locaux, Cnaoc et Efow, AREV, Parlement européen, et aussi le ministère français de l’Agriculture, qui s’est montré déterminé et efficace à nos côtés sur ce dossier.
Nous pouvons légitimement être fiers d’avoir franchi ce cap, car la Champagne s’est fortement mobilisée dans cette action unitaire des régions viticoles européennes.

Toutefois, il ne faut pas lâcher prise : les modalités d’application de cet accord doivent maintenant être affinées et formalisées par la rédaction d’un texte à intégrer dans la réforme de la Politique Agricole Commune.
Cette nouvelle étape est attendue pour la fin du mois de janvier. Nous resterons donc tous vigilants et mobilisés jusqu’à l’adoption finale du dispositif.

Ce dossier illustre, encore une fois, la pertinence du principe très champenois si souvent vérifié : l’union fait la force ! En effet, c’est bien l’unité de toutes les forces professionnelles et politiques nationales et européennes qui a pu emporter cette décision favorable. Et je peux vous affirmer que ce n’était pas gagné d’avance !

C’est cette même dynamique collective qui devra nous porter, le 21 janvier prochain, jour de l’élection des membres des chambres d’agriculture.
Les chambres d’agriculture sont l’interlocuteur officiel des administrations et des collectivités territoriales pour les politiques agricoles. Il est fondamental que la viticulture y soit représentée.

Dans quelques jours, vous recevrez un supplément de La Champagne Viticole, vous dévoilant les candidats viticoles des listes communes FDSEA-USAA-SGV-JA.

Plus vous voterez et plus votre Syndicat sera représenté au sein des chambres et pourra défendre vos intérêts face aux politiques agricoles européennes et nationales.

Je n’ai qu’un mot à vous dire : « À la Saint-Vincent, tous votants ! »

Le 21 janvier, défendons ensemble l’avenir de nos exploitations : EN VOTANT MASSIVEMENT !

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page