La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 14 novembre 2012

Edito

Restons mobilisés !

La campagne s’achève sur un enseignement fort  : le métier de vigneron est un métier exigeant. Il nécessite de la compétence et beaucoup de présence dans les vignes. Cette vendange 2012 nous l’a rappelé, parfois cruellement.

Les nuisances de l’année culturale sont désormais derrière nous. Pourtant, comme évoqué lors de notre dernière assemblée générale, une «   pluie » de contraintes s’annonce devant nous.

Des nuages s’amoncellent, l’horizon s’obscurcit :

  • au plan social : hausse des charges sociales qui pèsent sur l’emploi de saisonniers ;
  • au plan technique : agrément des prestataires et fin du recours à l’hélicoptère ;
  • au plan fiscal  : nouvelle taxation envisagée dans le cadre du projet de loi de finances ;
  • au plan réglementaire  : incertitudes sur les droits de plantation qui sont un vrai sujet de préoccupation.

Ces exemples, auxquels je pourrais en ajouter bien d’autres, ne peuvent que me faire partager votre agacement. Nous travaillons en amont pour prévenir l’arrivée de nouvelles contraintes ou en atténuer l’impact sur vos exploitations. Sur tous ces sujets, le SGV reste très mobilisé. Il est temps d’avoir des actes conformes au discours. Pour y parvenir, votre Syndicat se mobilise :

  •  le 5 novembre, avec la FNSEA, devant l’Assemblée nationale, contre la diminution d’allégement des taxes sur les travailleurs occasionnels ;
  •  le 7 novembre, à Bruxelles, avec une manifestation autour de la suppression des droits de plantation. Avec toutes les régions viticoles françaises et européennes, nous ferons entendre la voix de la filière viticole européenne. Toutefois, le temps du dialogue touche à sa fin, et il nous faudra peut-être envisager une grande journée syndicale au plan européen qui aura lieu le 11 décembre. Restons tous mobilisés pour cette date ! Nous reviendrons vers vous en temps utile.

Mais surtout, je voudrais vous dire que nos actions ne sont possibles que si nous sommes mobilisés et que nous restons unis au sein de notre Syndicat. À nous de trouver des solutions, tous ensemble. C’est le sens du projet Vignoble lancé lors de la dernière Assemblée d’automne.

Nous devons entre vignerons, réfléchir à l’avenir que nous voulons pour nos exploitations et celles de nos enfants. Les échanges d’idées se feront en plusieurs étapes avant la présentation des résultats lors de l’assemblée du 5 avril 2013.

Dans un premier temps, les sections locales et toutes les composantes du Vignoble sont invitées à se réunir pour débattre de plusieurs sujets d’avenir : les principaux atouts du vignoble, les menaces qui pèsent sur notre vignoble et sur la filière du champagne ou encore les clés de la réussite du champagne dans les 20 ans à venir. Toutes les idées sont les bienvenues ! Les services du SGV centraliseront les contributions des sections d’ici la mi-novembre.
Nous n’avons pas le pouvoir de faire la pluie et le beau temps, en revanche, nous avons le pouvoir de construire le modèle qui permettra à notre Vignoble de prospérer dans les prochaines décennies. Dans cette période difficile, restons unis et déterminés. Cette cohésion a suscité notre efficacité et restera l’atout majeur de notre prospérité.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page